Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1102300
 1115  [ ARCHITECTURE] 
derniers retranchements, quand il l'a mise a nu par l'analyse, quand elle 
commence a germer au milieu des peuples ses voisins, il la dedaigne pour 
en poursuivre une autre avec 1e menie entrainement, abandonnant, 1a 
ppennepe comme un corps use, vieilli, comme un cadavre dont il ne 
peut plus rien tirer. Ce caractere est reste le notre encore aujourd'hui, 
.il a de notre temps produit de belles et de miserables choses; c'est enfin 
ce qu'on appelle la mode depuis bientot trois cents ans : or, la mode 
s'attache aux futilites de la vie comme aux principes sociaux les plus 
graves, elle est ridicule ou terrible, gracieuse ou pleine de grandeur. 
On doit tenir compte de ce caraetere particulier a une portion de la 
France, si l'on veut expliquer et comprendre le grand mouvement des 
arts a la fin du xnÜ siecle; nous ne faisons que l'indiquer ici, puisque nous 
reviendrons sur chacune des divisions de l'architecture en analysant les 
formes que ces divisions ont adoptees. Il n'est pas besoin de dire que ce 
mouvement lut contenu tantque l'architecture tlieorique ou pratique resta 
entre les mains des etablissements religieux; tout devait alors contribuer 
a Parreter : les traditions forcement suivies, la rigueur de la vie claustrale, 
les relormes tentees et obtenuesau sein du cierge pendant le x16 siecle et 
une partie du xnf. Mais quand l'architecture eut passe des mains des clercs 
aux Inains des laiques, le genie national ne tarda pas a prendre le dessus; 
presse de se degagei" de l'enveloppe romane, dans laquelle il se trouvait 
111.11 a l'aise, il Petendit jusquüi la faire eclater : une de ses premieres 
tentatives fut la construction des voütes. Profitant des resultats assez confus 
obtenus jusqu'alors, poursuivant son but avec cette logique rigoureuse 
qui faisait a cette epoque la base de tout travail intellectuel, il posa ce 
principe, deja developpe dans l'e mot ARC-BOUTANT, que les voütes agissant 
suivant des poussces obliques, il fallait, pour les maintenir, des resistances 
obliques (voy. CONSTRUCTION, VoUTE). Deja des le milieu du xue siecle, 
les constructeurs avaient reconnu que l'arc plein cintre avait une force 
de poussce trop considerable pour pouvoir etre eleve a une grande 
hauteur sur des murs minces ou des piles isolees, surtout dans de larges 
vaisseaux, a moins d'etre maintenu par des culees enormes; ils rempla- 
cerent l'arc plein cintre par l'arc en tiers-point(v0y. Aiic), conservant seule_ 
ment Parcplcin cintre pourles fenetres et les portees de peu de largeur; ils 
renoncerent completement a la voüte en berceau, dont la poussee continue 
devait etre maintenue par une butee continue. Reduisant les points 
resistants de leurs constructions a des piles, ils süngenierentafaire tomber 
tout le poids et la poussee de leurs voütes sur ces piles, n'ayant plus 
alors qu'a les maintenir par des zircs-boutants indepenflants Ct reportant 
toutes les pesanteurs en dehors des grands edilices. Pour donner plus 
d'assiette a ces piles ou contre-forts isoles, ils les cllafäÜfellt (l'un 
supplement de poids dont ils tirent bientot un des n10t11s les plus riches 
de decoration (voy. PINACLE). Evidant de plus en plus leurs ädifiggg, 
et reconnaissant a l'arc en tiers-point une grande 1'01"00 flO PäSiStance en 
ememe temps qu'une faible action decartement, ils Fappliquerent par- 
I.  49
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.