Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1102254
 [ ARCHITECTURE.)  1110  
pour qu'elle put devenir l'art d'une nation; enseignee et pratiquee, comme 
nous l'avons dit, par les etablissements religieux, elle etait soumise a 
leurs rcgles particulieres, regles qui n'avaient d'autre lien entre elles que 
Fautorite unique qu'elles reconnaissaient, celle du pape, ne pouvant exer- 
cer aucune action materielle sur les formes de l'art. Cette architecture en 
etait reduite, ou a rester stationnairegou a prendre ses elements de progres 
de tous cotes, suivant les caprices ou les goüts des abbes. Mais quand Funite 
du pouvoir monarchique commenca de s'etahlir, cette unite, seconclce par 
des artistes laiques faisant partie de corporations reconnues, dut, par la 
force naturelle des choses, former un centre d'art qui allait rayonner de 
tous cotes en meme temps qu'elle exercait son action politique. Ce resultat 
est apparent des le commencement du XIIIÜ siecle. On voit peu a peu 
l'architecture romane s'eteindrc, slztroplzzer sous l'architecture inauguree 
par les artistes laiques; elle recule devant ses progres ; se conserve quelque 
temps indecise dans les etablissemcilts monastiques, dans les provinces 
oü l'action du pouvoir monarchique ne se fait pas encore sentir, jusqu'au 
moment oü une nouvelle conquete de la monarchie dans ces provinces en 
detruit brusquement les derniers vestiges, en venant planter tout a coup et 
sans aucune transition un monument sorti du domaine royal, comme on 
plante un etendard au milieu d'une cite gagnee. A partir du xme siecle, 
l'architecture suit pas a pas les progres du pouvoir royal; elle l'accom- 
pagne, elle semble faire partie de ses prerogatives: elle se developpe 
avec energie 1a ou ce pouvoir est fort, inconteste; elle est melangee et 
ses formes sont incertaines 1a ou ce pouvoir est faible et conteste, 
C'est pendant les dernieres annecs du x11" siecle et au commencement 
du X1118 que toutes les grandes cathedrales du domaine royal sont fondees 
et presque entierement terminees sur des plans nouveaux, Notre-Dame 
de Paris, Notre-Darne de Chartres, les cathedrales de Bourges, de Laon, de 
Soissons, de Meaux, de Noyon, d'Amiens, de Houen, de Cambrai, dütrras, 
de Tours, de Secs, de Coutances, de Bäyeux, sont commencees sous le 
regne de PhilippO-fiügüste, P0111" otre acheveos presque toutes a la fin du 
X1118 siecle. La Champagne, 5151011 1150, politiquement parlant, au domaine 
royal sous saint Louis, eläve de S011 Cote les grandes cathedrales de lteims, 
de Ghalons, de Troyes. La Bourgogne et le Bourbonnais suivent la nouvelle 
direction imprimee a l'architecture, et batissent les cathedrales d'Auxerre, 
de Nevers, de Lyon. Bientot 121 ViCOIIItÜ de Carcassonne fait partie du 
domaine royal, et recoit 56H16 ÜÜÜÜÜHCG directe de l'architecture ojfcielle 
au milieu de contrecs qui continuent jusqu'au Xve siecle les traditions 
romaines abatardies. Quanta 1a G uienne, qui reste apanage de la couronne 
d'Angle'terre jusque sous Charles V; quantäla Provence, qui ne devient 
frangaise que sous Louis XI , l'architecture du domaine royal n'y penetre 
romane a etait circonscrite sur un sol dont on Connait les limites, en dcea et au dela 
a de la Loire i). En peut-on dire autant de l'architecture que l'on designs sous le nom 
de romane ? (Voyez, dans l'article de M. Vitet precite, pages 30 et 31, la judicieuse cri- 
tique sur cette denomination.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.