Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1102156
f ARCHITECTURE ]   130  
bliqucs qui possedent leurs rouages administratifs; imparfaits, grossiers 
d'abord, puis presentant deja, pendant le xnre siecle, toutes les garanties 
de veritables constitulions. Les arts, comme l'industrie et le commerce, se 
(leveloppaicnt rapidement dans ces centres de liberte relative; les corpo- 
rations de metiers reunissaient dans leur sein tous les gens capables, et ce 
qui plus tard devint un monopole genant etait alors un foyer de luinieres. 
Uinlluence des etablissements monastiques dans les arts de l'architecture 
ne pouvait etre combattue que par des corporations de gens de metiers 
qui presentaient toutes les garanties d'ordre et de discipline que l'on 
trouvait dans les monasteres, avec le mobile puissant de Yemnlation, et 
l'esprit seculier de plus. Des centres comme Gluny, lorsqu'ils envoyaient 
leurs moines cinzentcztrs pour bätir un prieure dans un lieu plus ou moins 
eloigne de l'abbaye mere, les expediaient avec des programmes arretes, des 
recettes admises, des poncifs (qu'on nous passe le mot), dont ces archi- 
tectes clercs ne pouvaient et ne devaient seearter. L'architecture, soumise 
ainsi 51 un regime theocra tique, non-seulement ifadmettait pas de dispo- 
sitions nouvelles, mais reproduisait a peu pres partout les memes formes, 
sans tenter de progresser. Mais quand, a cote de ces ecoles clericales, il se 
fut eleve des corporations laiques, ces dernieres, possedees de l'esprit nova- 
teur qui tient ä la civilisation moderne, Yemporterent bientot, memc dans 
l'esprit du clerge catholique, qui, rendons-lui cette justice, ne repousga 
pas alors les progres, de quelque cote qu'ils lui vinssent, surtout quand 
ces progres ne devaient tendre (m'a donner plus de pompe et (Päclat aux 
ceremonies du culte. Toutefois Pinllucnce de l'esprit laique fut 1eme a se 
faire sentir dans les constructions monastiques, et cela se concoit, tandis 
qu'elle zipparait presque subitement dans les edifices eleves par les eveques, 
tels que les eathedrales, les eveches, dans les chateaux feodaux et les 
batiments municipaux. A cette epoque, le haut cierge ätait tmp dclaipe, 
trop en contact avec les puissants du Siecle,'poui' ne pas sentir tout le parti 
que l'on pouvait tirer du genie novateur et hardi qui allait diriger les 
zirchiteetes laiques; il s'en empara avec cette intelligence des choses du 
temps qui le caracterisaii, 0L dQViÜt S011 plus puissant promoteur. 
Au Xlle siecle, le cierge n'avait pas a prendre les armes spirituelles seule- 
ment contre l'esprit de desordre des grands et leurs exces, il se formait  
cote delui un enseignementrival, ayant la pretention d'etre aussi orthodos! 
que le sien, mais voulant que la foi s'appuyait sur le rationalisme. Nous 
avons dit dejii que les esprits d'elite refugies dans ces grands etablissements 
religieux etudiaient, commentaient et revoyaient avec soin les manuscrits 
des auteurs paiens, des Peres ou des philosophes chretiens rassembles dans 
les bibliotheques des couvents; il est difficile de savoir si les hommes tels 
que Lanfrane et saint Anselme pouvaient lire les auteurs grecs, mais il est 
certain cpfils connaissaientles traductions et les commentaires d'Aristote, 
flttfibues a Boece, et que les opinions de Platon etaient parvenues jnsqn'i1 
eux. Les ouvrages de saint Anselme, en etant toujours empreints de cette 
purete et de cette humilite de coeur qui lui sont naturelles, sentent
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.