Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1102076
 JtECHITECTUltE ]  422  
barbares du moyen age; nous devrons nous borner a indiquer des points 
asaillants, generaux, qui seront comme les jalons d'une route a tracer. 
Ainsi que nous l'avons dit, le systeme politique et administratif em- 
prunte par Gliarlemagne aux traditions romaines avait pu arreter le 
desordre sans en detruire les causes. Toutefois nous avons vu comment ce 
prince jetait, en pleine barbarie, des elements de savoir. Pendant ce long 
regne, ces semences avaient eu le temps de pousser des racines assez 
vivaces pour qu'il ne fut plus possible de les arracher. Le cierge s'etait 
fait le depositaire de toutes les connaissances intellectuelles et pratiques. 
lteportons-nous par la pensee au 1x8 siecle, et examinons un instant ce qu'e- 
tait alors le sol des Gaules et d'une grande partie de l'Europe occidentale. 
La feodalite naissante, mais non organisee ; la guerre; les campagnes cou- 
vertes de forets en friche, a peine cultivees dans le voisinage des villes. Les 
populations urbaines sans industrie, sans commerce, soumises a une orga- 
nisation municipale decrepite, sans lien entre elles; des villw chaque jour 
ravagees, habitees par des colons ou des serfs dontla condition etaita peu 
pres la meme. L'empire morcele, dechire par les successeurs de Charle- 
Inagne et les possesseurs de fiefs. Partout la force brutale, imprevoyanle. 
Au milieu de ce desordre,seule, une classe d'hommes n'est pas tenue de 
prendre les armes ou de travailler a la terre; elle est proprietiaire d'une por- 
tion notable du sol; elle a seule le privilege de s'occuper des choses de l'es- 
prit, d'apprendre et de savoir; elle est mue par un remarquable esprit de 
patience et de charite; elle acquiert bientot par cela meme une puissance 
morale contre laquelle viennent inutilement se briser toutes les forces ma- 
terielles et aveugles. C'est dans le sein de cette classe, c'est a l'abri des 
murs du cloitre que viennent se refugier les esprits eleves, delicats, refle- 
cliis; et, chose singuliere, ce sera bientot parmi ces hommes en dehors du 
siecle que le siecle viendra chercher ses lumieres. Jusqu'au x18 siecle cepgn- 
d ant, ce travail est obscur, lent; il semble que les etablissements religieux, 
que le cierge, soient oecupes arassembler les elämems d'une Civihsaliün 
future. Rien n'est constitue, rien n'est deüni; les luttes de chaque jour 
contre la barbarie absorbent toute l'attention du pouvoir clerieal, il parait 
merne epuise par cette guerre de detail. Les arts se ressentent de cet 
etat incertain, on les voit se trainer peniblement sur la route lracee par 
Gliarlemagne, sans beaucoup de Progres; la renaissance romaine reste 
stationnaire, elle ne produit aucune idee feconde, neuve, hardie, et, sauf 
quelques exceptions dont nous tiendrons compte, l'architecture reste enve- 
loppee dans son vieux linceul antique. Les invasions desNormands viennent 
(tailleurs rendre plus miserable encore la situation du pays; et comment 
l'architecture aurait-elle pu se developper au milieu de ces ruines de 
chaque jour, puisqu'elle ne progresse que par la pratique? Cependant 
ce travail obscur de cloitre allait se produire au jour. 
DEvsLorrEMENr DE ÜARCIIITECTURE EN FRANCE DU x18 AU XVIÜ silicium.- 
DES causes QUI ONT ANENE SON PROGRES ET SA DEcAnENcn-Dns nirriäinzivrs 
STYLES raornns A CHAQUE PROVINCE. -Le x10 siecle commence, et avec lui
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.