Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1101903
 105  [ ARCATURE ] 
tees avec un soin et une grandeur de style peu ordinaires. Cette derniere 
arcature peut etre donnee comme un des modeles les plus complets de ce 
genre de decoration, et nous ne connaissons rien qui puisse lui etre com- 
pare. Elle est enrichie de sculptures de la plus grande beaute, et qui 0m 
le merite d'etre parfaitement disposees pour la place quielles occupent. Les 
personnages ou animaux ronde bosse qui remplissent les ecoinqons entre 
les arcs forment comme des supports sous les grandes figures adossees a 
des colonnes et placees debout sur ce soubassement; ils rappellent le mar- 
tyre des saints ou les personnifient. La forte saillie de ces figures sechap- 
pant entre les petites zirchivoltes est en rapport avec la grandeur et le haut 
relief des statues, tandis que toute la sculpture placee sous les arcs et dans 
les entre-colonnements n'est plus qu'une sorte de tapisserie dont le peu de 
relief ne detruit pas Yunite que doit conserver un soubassement. On peut 
voir, bien que la gravure ne donne qu'une faible idee de cette decoration, 
comme la saillie des bas-reliefs se perd avec le fond amcsure qu'ils se 
rapprochent du sol. Les ornements entre les colonnes ne sont plus meme 
que des gravures en creux, non point seches comme un simple trait, 
mais presentant des parties larges et grasses evidees en coquille. La con- 
struction de ce soubassement est en harmonie parfaite avec Fornemen- 
tation. Les fonds tiennent a la batisse. Les colonnettes jumelles mono- 
lithes, rendues tres-resistantes par Fespece de cloison ornee qui les relie 
(voy. la coupe), portent les arcs pris dans un meme morceau de pierre 
avec leurs tympans et leurs ecoincons. Chaque compartiment de l'orne- 
mcntation est sculpte dans une hauteur d'assise. Malheureusement la 
main des barbares a passe par 1a, et la plupart des figures placees dans 
les ecoincons ont ete mutilees. Quant aux petits bas-reliefs ranges sous 
les tympans, ils ont servi debut aux pierres des enfants pendant fort 
longtemps. (les bas-reliefs peuvent aller de pair avec ce que la sculpture 
antique a produit de plus bealh 
On voit peu a peu les arcatures ornements samaigrir vers la {in du 
xnr siecle; elles perdent leur caracterc particulier pour se confondre avec 
les arcatures de soubassement, dont nous avons donne des exemples. Les 
profils saplatissent sur les fonds, les colonnettes se SUbdiViSeHt CH filiä- 
ceaux et tiennent aux assises de la construction; les vides prennent (le 
l'importance et devorent les parties moulurees. Cependant il est quel- 
ques-unes de ces arcatures qui conservent encore un certain caractere 
de fermete : celles qui tapissent les ebrasements de deux des portes de la 
facade de la eathedrale de Bourges rappellent un peu la belle arcatum 
de Notre-Dame de Paris que nous venons de donner, mais appauvrie, 
Quelquefois les vides des fonds, comme dans Farcature de la porte cen- 
trale de Yeglise de Semur en Auxois, sont remplis (le Semis, de rosaces. 
de quadrilles a peine saillants qui produisent un bel effet et conviennent 
parfaitement a son soubassement. Nous citerons encore les charmantes 
arcatures de la porte de droite de la faeade de l'ancienne cathedralc 
ifAuxerre (fin du XIIIe siecle), et dans lesquelles on voit, representee en 
I.  '11;
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.