Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Abaque-Aronde]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1100478
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1101820
 97  [ ARCATURE l 
formes, se compose des memes membres de moulures, repäte leurs 
compartiments (fig. 12). Ce n'est plus 611 realitä que la partie infe- 
rieure de la fenetre qui est bouchee, et, par le fait, le mur, dont le 
parement interieur est au nu des vitraux, laisse la moitie des me- 
neaux se dägager en bas-relief, et ne conserve plus qu'une faible epais- 
seur qui equivant ä une simple cloison. Il etait impossible d'aller plus 
loin. Pendant les xlve et xve siecles, les arcatures basses conservent les 
1M 1h. 
M   MW 
 wäfwhv 
w    
Sllll SÄÄIKJ  23s) i] F ÜÜMIHI 
Wll l 1 Il?  MIL HIHIMIIA 
Elwww nm  11mm" 
lülämll IJMW 
 1L 
11113511105 2111111135, ne variant que dans les dälails de Pornementation suis 
Nülllf, le goüt du moment. On les voit disparaitre tout a coup vers le mi- 
lieu du xve sieclc, et cela slexplique par l'usage alors adopte de garnir 
les soubassements des chapelles de boiseries plus ou moins riches. Avec 
les arcatures, disparaissent egalement les bancs de piflffe, CÜIIX-Oi Ütänl 
il plus forte raison remplaces par des bancs de bois. Des moeurs plus raf- 
tinees, l'habitude prise par des familles riches et puissantes ou par les 
confreries de fonder des chapelles speciales pour assister au service divin, 
faisaient que l'on preferait les panneaux de bois et des sieges bien secs 
a ces bancs froids et humides. 
Nous ne pouvons omettre, parmi les arcatures de rez-fle-chaussee, les 
I.  43
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.