Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Planches et notices 201 - 300
Person:
Racinet, Auguste
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-992932
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-994104
fort usite du X116 au XVQ siecle; originairement il avait ete fait de peaux conservant le poil. 
Les femmes l'avaient aussi adopte; il se portait d'abord sans ceinture, mais au XIVÜ siecle 
l'ampleur qui lui fut donnee necessita l'emploi de la. ceinture pour le retenir au corps. Des 
la lin du X1118 siecle, le capuchon disparut du pelicon deshommcs et les manches plus ou 
moins longues regurcnt une ampleur inusitee. ( Voir la figure voisine de la premiere decrite.) 
Sa longue ceinture revient, en s'inclinant a gauche, soutenir la large aumäniäre ou l'on portait 
l'argent monnaye et quelques menus objets pour la toilette. La coiffure conique est enroulee 
comme un turban et a bouts flottants. 
La troisieme ügure offre une variante du peligon, ouvert sur 1e cote, a manches plus 
allongees, double comme 1e premier; les manches et le bord de 1a jupe largement den- 
teles. La visiere du chapeau en pointe retombante se baissait; sa doublure etait en fourrure. 
Ce personnage, avec sa flüte a 1a main et laaraissant offrir ses services, semble un de ces nie- 
ncstrcls qui precedaient souvent, en ouant de 1a flüto, les gens d'importance allant se rejouir. 
La quatrieme figure n'est pas moins caracteristique : son attitude est celle daun baladin; 
son capuchon double et dentele a l'ouverture du visage, avec son bout en corne arrondie, 
termine par un grelot, est reste a la marotte des bouffons pendant les siecles suivants. La 
ceinture relachee convient a ce personnage. 
Dans notre n" 2, se trouvent un guichetier et un messager. Le surcot serre par une cein- 
ture, a manches si longues et si larges, porte par 1e guichetier est le corset court que la regle 
imposait aux ecuyers, pages, sergents et varlets; les gentilshommes n'en usaient guere. Il 
recouvrait un justaucorps a manches etroites. Son bonnet est le type du simple bonnet (le co- 
ton, reste dans l'usage : on le faisait alors d'une espece de drap de laine appele bmmetle, ou le 
laissait pendre dans 1e dos ou on en ramenait le fond sur le haut de la tete. Affectionne par 
de grands seigneurs comme Jean sans peur, il eut l'honneur d'etre admis a cette epoque 
dans le costume habille; il existait en France depuis longtemps. Le trousseau de clefs de ce 
guichetier est reuni par une courroie de cuir passant a travers un fort baton; a sa ceinture, 
pend d'un cote Ycpee, de_1'autre, 1a dague a pommeau, a forte lame, la misäricorde. Les bot- 
tines a poulaines sont de 1a longueur d'un demi-pied en sus, que les gens de bas etage ne de- 
vaient pas depasser. Le messager porte egalement un surcot a collet ne depassant pas les ge- 
noux; les manches larges, genantes pour la marche, ne sont pas conservees; le bonnet est sur 
Fepaule; dans 1a ceinture, placee bas, est prise l'escarcelle, particuliercment reservee aux 
messagers et aux pelerins. Il porte un baton terre en lance avec une flamme : c'est la lance 
courte ou baton de six pieds des vassaux qui devaient le service de pietons. 
Le n" 3, qui dans le manuscrit original est une Lucräce se poignardant, repräsente 1a, aotle 
kardie portäe par les femmes; elle ätait; trainante et sans ceinture, exträmement ajustäe au 
corsage, mais näanmoins tailläe de maniäre ä, donner de la largeur ä la poitrine. CR-ätait la
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.