Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Planches et notices 201 - 300
Person:
Racinet, Auguste
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-992932
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-993730
tournure militaire. Les cheveux coupes courts, et la barbe (le bouc, taillee en pointe, comme 
la portaient les Espagnols, degagee en dessous, convenaient sous le bassinet qui devint le 
casque usuel de guerre; le heaume n'etait plus porte ailleurs que dans les tournois. 
Vers 1340, sous Philippe de Valois , l'armure se trouvait avoir change entierement de 
forme et de caractere. La cotte d'armes s'arrete alors au haut de la cuisse, le costume est 
court et collant. Les monuments de cette epoque sont en grand nombre, et, quoique les de- 
tails varient a l'infini, le type de l'armure est toujours le meme. La partie anterieure des 
membres est d'abord seule garnie de plaques maintenues sur la maille par des courroies; 
les articulations du coude et de Pepaule sont couvertes par des rondelles ou rouelles, les 
cuisses portent des cuissards complets en cuir bouilli; l'articulation du genou, protegee 
d'abord par une piece en cuir qui se relie aux cuissards et aux greves par des clous rives, 
voit son systeme defensif complete par la genouillere en cuir, liee a l'armure par des cour- 
roies qui passent par-dessous le jarret. Puis, les avant-bras droits sont defendus par des 
brassards d'acier complets qu'on appelle des canons  on applique aux cuissards les lames 
mobiles a recouvrement qui rappellent les ecailles de la queue de Pecrevisse (Voir le 
groupe n" 2); ce systeme ingenieux s'etend aux solerets ; enfin les greves a charnieres sont 
completes. Cette armure a plates d'acier est simple et blanche, et son ensemble lui valut, sous 
Charles VII, le nom de, harnais blanc. Chacun d'ailleurs s'armait a sa fantaisie, et la mode 
tenait sa place dans le costume militaire comme dans le costume civil; les solerets en 
pointe allongee, a la poulaine, quoiqu'encore plus incommodes a Parmee qu'a la ville, ne 
faisaient pas moins fureur parmi les gens d'armes. 
Au lieu de poser le_ casque, comme on le faisait autrefois, par-dessus la coiffe de mailles 
on mit le bassinet a nu sur le chef; le camail qui enveloppait le cou fut lace sur les 
bords du casque. Le visage fut couvert par un masque de fer, perce de trous pour la visee 
et le passage de l'air, et avangant en forme conique pour loger le nez a l'aise et aider aussi 
a la respiration. La visiere s'ouvrait au moyen de charnieres, ou s'abaissait et se relevait 
sur des pivots ; baisses, elle donnait au combattant le profil d'un animal a museau pointu. 
Le camail avait ete separe du haubert, vers 1300 environ, dit Viollet le Duc; vers 1a 
meme epoque on avait aussi pris l'habitude de surmonter les casques de cimiers, d'orne- 
ments tres visibles. Celui qui se trouve sur le casque de l'un de nos cavaliers, quoique deja 
fort bizarre, est cependant des plus simples; il y avait tel de ces cimiers ou les figures etaient 
de si grande taille et tellement accumulees que la tete du chevalier en etait surmontee 
a une hauteur de plus de deux pieds. Les doigts du gantelet de fer etaient articules comme 
les solerets. Ifeperon a molettes etait en usage depuis la fin du treizieme siecle. 
La piece la plus caracbäristique de l'habillement des femmes sous les rois J ean et 
Charles V, les corsets fendus sur les cäfäs, que les dames et les filles suivantes des compagnies 
anglaises apporterent; en France, ne figure pas dans 1a cotte hardie que l'on voit ici. Les trois
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.