Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Planches et notices 201 - 300
Person:
Racinet, Auguste
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-992932
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-993511
charger avec la lance, selon la maniere de combattre 
introduite par les peuplades du nord, et repandue 
en Occident du ciuquieme au septieme siecle. Les 
bätes de troussequin et d'argon y sont solidement 
iixees. Laibäte d'argon sfeleve de maniere a laisser 
un passage pour les renes que l'homme d'armes, pour 
charger, devait abandonner; il les y attachait avant 
d'embrasser l'ecu et d'avoir sa main gauche engagee 
dans les enarmes du bouclier. Ifetrier n'est ici qu'un 
simple anneau rond. 
NO 4.  Casque en cuivre rouge de la ün du onzieme 
siecle.  La. croix est decoupee dans le metal, et 
cette calotte en forme de pileus tronque est percee 
en outre, de chaque cote , pres du sommet, d'un 
trou qui devait faciliter la circulation de l'air. Il a 
ete trouve dans la Somme. 
NO 5.  Heaume du commencement du treizieme siecle, 
ou de la flll du douzieme.  Ce casque a timbre co- 
nique, a nasal faisant partie de l'arme, a mezail fixe 
ouvert par le milieu, est anglais. Ce type diüäre du 
casque normand de la conquete de Guillaume le Con- 
querant, represente dans la tapisserie de Bayeux ; il lui 
a succede. Les trous que l'on remarque au bas de ce 
heaume servaient a maintenir sa garniture intericure. 
Ce casque provient d'un tombeau ou il etait place 
comme insigne funebre. Il offre un exemple tres cu- 
rieux de 1a premiere transformation du casque nor- 
mand a. nasal, mais ne couvrant pas autrement le vi- 
sage,4en heaume proprement dit, cylindrique, a tim- 
bre plat, avec une visiere immobile faisant partie du 
casque lui-meme, couvrant entierement le visage, 
percee pour la. vue et la respiration. 
NO 13.  Calotte de l'habillement de tete du treizieme 
sicclc.  Ce casque a timbre plat, dont la visiere par- 
tielle fait partie du casque meme, parait devoir rentrer 
dans la categorie des bacinets adoptes pour combat- 
tre a pied. Le cote faible du bacinet etait la de- 
fense du cou qui n'etait couvert que par le camail 
et un collet en mailles faisant partie de la. cotte qui 
se portait sous l'armure. 
NO 9.  Salade.  Habillement de täte a timbre ar- 
rondi, presque sphcrique, pourvu d'un couvre-nuque. 
La salade qui succeda au bacinet, sadditionna d'une 
baviere se vissant a la partie silperieure du plas- 
tron de la cuirasse, couvrant le col et recevant le 
menton jusquüä. la bouche. (Tetait la une arme de 
cavalier. Quant ä. la salade simple comme la montre 
l'exemple present, dont le couvre-nuque etait de 
plus ou moins grande dimension, elle servait aussi 
aux fantassins. Ce fut sous Charles VII, vers 1440, 
que la salade semble avoir etc mise en usage pour 
la premiere fois. 
NU 7.  Grand heaume de joute du quatorziüme siccle. 
 Le heaume du treizieme siecle, remplace pour la 
guerre vers le milieu du quatorzieme siecle parle 
bacinet, avec ou sans mezail, lorsqu'on se mit a com- 
battre ä. pied, resta en usage dans l'armure de joute. 
Le timbre plat du heaume du treizieme siecle se re- 
leve ici pour porter le cimier; cette derniere piece a 
ete detruite dans le casque present, mais on en voit 
les amorces. Le timbre releve est orne düäcailles re- 
poussees, probablement dorees autrefois. Le mezail 
fixe est celui du grand heaume du treizieme siecle. 
NO 6.  Ancien armet anglais.  On inventa ce cas- 
que vers 1460. Lie avec le gorgerivz ou govyery, Parmet 
est le type le plus complet de la defense de tätc, et 
fut le casque de la fin du quinzieme siväcle, de tout le 
seizieme, et meme du temps de Louis XIII ou on le 
retrouve encore quand l'armure est sur le point de 
disparaitre.  
Documents photographiques. 
Les nUS 18, 20, 21, 22, 23, et les fragments s'y rattachant, 1105 11, 14, 15, 1G, 17, proviennent de 1a. collection des 
costumes de guerre, formlze au Musäe d'artillerie de Paris par M. le colonel Lcclcrcq. 
Le 110 1, provenant du portail de Notre-Dame de Chartres, et les 1105 2, 3, 8, 10, 12 et 19, fournis par les minia- 
tures des manuscrits, sont empruntäs ä. Willemin. 
 Les 1108 4, 5, 6, 7, 9 et 13 font partie des collections composant le Musäe cfarfillerie de Paris. 
Voir pour le texte : La Notice sur les costumes de guerre du Muscle d'artillerie, (Paris , 1876) ;  Le Catalogue des 
collections de ce Museäe, par 0. Penguilly FHtlTidOlZ, 1862;  Le Dictionnaire raisonnä: du mobilier ftangais ; 
armes de guerre, par Viollet-le-Duc;  L'Histoire du costume en France, par JI. Quiclzeral;  Recherches sur" 
les Drapeaux frangais, par M. Gustave Desjardins (Paris, JIoz-el, 1874). 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.