Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-988456
 79  l" niinxols ] 
(ians les combats. La gendarmerie s'en tint eloignee tantqiüelle put, 
tachant d'operei' en dehors de son action : aussi, comme il acte dit 
plus haut, les tzhefs militaires de la lin. du xvf siecle organiseront des 
corps nombreux de chevau-legers et ifemployerent plus les compa- 
gnies d'hommes d'amies que comme reserve.  
La complication du harnois de combat de la seconde moitie du 
Xvc siecle, la difficulte de le reparer, obligeaient a trainer a la suite 
des armees des pieces de rechange et des armuriers, souvent meme 
de doubles harnois. On apercoit bien quelques tentatives de simpli- 
lication dans l'armement ou Pequipage, mais cela n'a pas grande im- 
portance. Il arrivait souvent qu'au moment d'une action, les hommes 
d'armes n'avaient pas le temps de vetir completement eux et leurs 
chevaux des harnois de guerre, et qu'on allait se battre a moitie 
arme; il laut dire que souvent aussi on ne se laattait que mieux, 
tlebarrasstä de cette ferraille. 
Ces liarnois etaicnt tellement latigants pour les hommes et pour 
les montures, que si l'on avait une etape un peu longue a faire, on 
luettait les plates dans les bagages et l'on chevautzliait a la lifegcre. 
Comme on s'eclairait fort mal, il arrivait qu'on se trouvait parfois 
ainsi en pleine marche en presence de l'ennemi. ll llallait bien en 
venir aux mains sans armures et se tirer d'affaire comme on pOLlVitll. 
En ces circonstances, la gendarmerie feodale etait fort empechee, 
et les compagnies de cavalerie leffere qui ne trainaient pas a leur 
 c  a 1 
suite de nombreux valets, des charrois, et portaient tout avec elles, 
ctaient toujours pretes au combat; aussi devinrent-elles la veritable 
catvaltiriiz de campagne des la lin du xv' siecle. On commengait 
alors a comprendre qu'a la guerre, la tactique, la promptitude dans 
10s mouvements, la simplification des impedinventtz etaient des 
conditions essentielles de succes. On laissa a la gendarmerie leodale 
ses lourds harnois. 
On essaya mille moyens pour rendre l'habillement plus loger et 
plus facile a poser, pour eviter les pertes de temps. C'est ainsi, par 
exemple, qu'on fit des fers de chevaux qui pouvaient etre aippliflues 
il la corne sans le secours du mareehal ferrant  381). Le fer A 
est COIHPOSO de quatre segments reunis par trois eharnieres. Un 
boulon transversal posterieur a permet de serrer a volonte le fer 
sur la pince. Ce fer etait double de peau ou de feutre fixe au moyen 
de fils passant par les petits trous des bords superieurs, alin de bien 
flPPUyer sur la corne sans la froisser. Le fer B est en deux parties 
Collect. 
Rigü
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.