Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-988445
HARNOIS 
78 
Le butin que lit farmee anglaise, apres cette dernieie bataille, 
fnt considerable, etcependant, pressee de reprendre la route de (lalais, 
elle niemporta quiune faible partie des armes trouvees sur le champ 
de bataille. Toute cette noblesse frangaise se ruinait pour paraitre au 
combat avec de riches adoubenlcnts. Les pertes materifalles subies 
a la bataille dUXzincourt furent telles, que la fortune publique s'en 
ressentit: a Depuis que la bataille (IÄZiHCOUFt fut, y eut grant 
a tribulacion de monnoyes. Et dura ceste tribulaeion depuis l'an 
c mil quatre cens et quinze desy a l'an mil quatre cens vingt et un, 
a que les choses se mirent a point touchant les monnoies 1.  Il 
sien fallait beaucoup que la noblesse luayat comptant ses equi- 
pages de guerre, et comme elle fut en grande partie detruite dans 
cette journee ou pidsonnierc, les creanciers en furent pour leurs 
avances. 
Ces harnois de chevaux de guerre, outre leur poids, avaient l'in- 
tconvenient tfetre tiifficilement reparables en campagne. Apres une 
action chaude, bien des plates etaient faiussees, bien des courroies 
troupees, bon nombre de boucles et de rivets brises. Il fallait un 
temps assez long pour remettre en etat cet equipafge. Aussi ne voit- 
o11 jamais deuxlbatailles coup sur coup pendant le xvo siecle. Apres 
une affaire, vainqueurs et vaincus devaient. forcement remettre en 
dtat leurs harnois de guerre et attendre un certain temps pour conti- 
nuer la campagne. Cette necessite explique en partie la duree de 
cette guerre de cent ans. Un des partis remportait-il un avantage, 
qu'il lui etait difficile de le poursuivre. Le vaincu avait le temps de 
se refaire, et nltait point, comme de nosjours, poursuivi a outrance, 
disperse, traque, mis dans fimpossibilite de reunir de nouveau ses 
forces; aussi reparaissait-il bientot.  
Quand l'infanterie commenga a remplir un role serieux dans les 
batailles, il est a remarquer que la cavalerie feodale ne put que 
bien rarement llentamer. Elle chargeait sur ces fantassins a la ma- 
niere des Hamelucks pendant la bataille des Pyramides, tourbillon- 
nait autour et avait grandpeine a se reformer par compagnies, pour 
fournir plusieurs charges de suite. Quant aux charges de cavalerie 
contre catvalerie, elles consistaient en un choc, que niattendait pas 
toujours la partie adverse, et en quelques melees partielles. Mais 
ces cavaliers n'avaient pas assez de mobilite pour posseder une tac- 
tique de combat, pour operer de grands mouvements et saisir une 
occasion favorable. Ce fut bien pis lorsque l'artillerie fut employee 
Mänz. 
de Pierl 
de Fdnin.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.