Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-988423
ÜÄRNUIS 
76 
de gens d'arrucs  partie de leur ferraille. (le lut pen- 
dant les guerres d'ltalie de Charles VIIl et de Louis Xll que l'on 
forma les premieres compagnies de chevau-legers, a l'unit:ilioi1 des 
catialegyfierzf venitiens et des estradiozis (Albanais). Louis Xll eut menu- 
des Albanais a sa solde et des Jlloresqzees. Uequipage des (fhevaux 
de ces troupes etait m'as-simple et leger. a Cette modification dans 
a l'organisation et le service des troupes a cheval, qui se fit dans les 
a premieres annees du regne de Louis Xll, eut pour resultat (l'elfe 
a blir peu a peu une ligne de demarczition tranehee entre les com- 
a pagnies d'hommes d'armes, ou de gens d'armes, qui continuercnt 
a les traditions de la cavalerie noble et resterent. troupes de reserve 
c el [irixfilrfigiiäes sous le nom de gendarmerie, et la cavalerie legf-rrci 
a qui ouvrit largement ses rangs aux aventuriers de toutes les classes 
a et par rfonsequent a la roture... Tel fut le point de depart (le (TGllG 
a singuliere constitution des troupes a cheval de l'ancienne monar- 
c due qui, jusqu'aux derniers jours, comptait, d'une part, la 
a maison du roi et la gendarmerie (le France, dont les compagnies 
a pouvaient ou pretendaient faire remonter leur origine aux com- 
a. pagnies des ordonnances de Charles Vll, et de l'autre, la cavalerie 
a Zegere, formee de regiments de toute nature, comprenant indis- 
(i llllflllllTlCfll, les cuirassiers et les" hussards, a l'exception des dra- 
t4 yens, qui formaient un corps a part, intermediairfz entre l'intim- 
e terie et la cavalerie, une infanterie a cheval   
Charles Vll, en 41139, avait cree (les compagnirss de cavalerie ilitrfs 
des ordonnances (la Roy, qui etaient soldees et se tirouvaicnl, ainsi 
en dehors du service feodal. (Te-tait le premier pas vers l'organi- 
sation d'une zirmee nationale. Ces compagnies des ordonnances du 
roi avaient-elles un uniforme? llien ne le fait supposer. Chaque 
cavalier etait tenu seulement d'avoir certaines armes offensives et 
defensives; mais on n'en etait pas encore a comprendre que l'uni- 
formite de Yequipeinent est un moyen d'assurer le bon ordre et 
la discipline. Ce lfelait que dans les solennites, lors des entre-es 
des princes, que les nzaüres des compagnies des ordonnances du 
roi portaient un hoqueton aux armes de leur capitaine. Chacune (le 
ces compagnies comprenait cent lances, dest-a-dire cent hommes 
d'armes ou maitres armes de plates. 
A chaque lance etaient attaches trois zirehers, un eoutillier et un 
page, montes a la legere. Line compagnie de cent lances donnait donc 
un effectif de six cents cavaliers dont cent portaient l'armurecomplele. 
H 11v!  
YJIBPfC, par le gdnäral Susm 
la cm
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.