Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-988205
ARNUIS 
58 
Vers M130, ce svstetne de frein subit encore des rnoditieations 
(fig. '25  L'arc du banquet regoit un bridon en F. Les talons 
se eotnposent. d'une sphere striee, a Pextrtfimite desquels est rive le 
pas-d'anis A, qui est a angle droit avec la ligne du banquet et l'axe 
des foneeatix. Ainsi ce pas-d'aile oblige la bote a tenir la bouche 
ouverte et Fenipeehe de saisir les talons sphifiriciues avec les 
dents (voyez en P). La ligne du banquet etant ef, le pas d'aile 
arrive en g et touche le palais de la bete. La languette Il, avec ses 
petits pendants mobiles, tombe sur la langue du cheval en i et 
Painuse  c'est du inoins ce qu'on admettait jadis.  La gour- 
mette l) S'11l.lfttf7l1C ait-dessous de l'oeil du banquet, et les bossellifs 
etaient tixees a deux pitons l, l. Les branches sont jarretiI-es et har- 
dies, rfest-a-dire qu'elles depassent la ligne MN du banquet, ce qui 
donnait plus d'action aux renes. Celles-ci s'attachent en douhlt: en 
R. En G, sont trois chainettes de reunion des deux branches. tletti- 
piece est d'un beau travail et d' une singuliere elegautre de forme. 
Ces freins furent eniployes avec peu de vai'iztntes usquli la tin du 
XVc sieelti, et le tnors ayant appartenu a la monture de Louis XI, que 
l'on voyait autrefois dans le tresor de la eathedrale de ltourges, 
conserve a peu pres ces dispositions d'ensemble (pl. IX i). Il est de 
l'or et de bronze dore avec pierreries sur les branches; les bossettes 
sont de Inenie, couvertes de pierreries sur or et email noir; tltjtlX 
petits eainees antiques, d'un travail medioere, lorment l'oeil de tres 
bossettes; parmi lexs pietrreries sont seinees qlltfltltltfS trirs-petite-s 
perles. On observera que Fextreinite inlerieuri: des lJFZIIItTlIGS pre- 
sente une disposition. qui l'ut suivie pendant tout le cours des xvi" et. 
xvtf sieeles. Alors ces mors etaient dits d [a comuftczble. 
Nous aurons occasion de parler (les treins detensits, qui presentent 
des singularites rentarqutibles. 
Sous Charles Vl, le luxe (les harnois (les chevaux de glllflfl'l' 
ilepassait toute raison. On prodiguait sur les battes des selles, sur 
les cuiries de poitrail et de  sur les lgtieres, les pitirrie- 
ries, les if-niaux, les clochettes et iJOSSGl-[ÜS (l'argent et d'or; les 
housses etaientlaitt-ts de draps d'or et de soie. La planehe X 3 pre- 
sente trois fragments de ces ornements de harnois datant des der- 
nieres zinnees du XIVC siecle. Ifornenient A test une  de 
tetifl-vre. A la branche C-ttait tixee la  frontale, les tf0tlt'l'0l4?S 
(Iollect. de M. W. H. Riggs. 
Wusüc de la ville de Bourgcs. 
ÄIUSÜC des fouilles de Pierrefonds. 
1 
L! 
3
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.