Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-988047
HARNOIS 
niere arme vers la seconde moitie du X1116 siecle. Un clzausssait donc 
ces balles sur les lieges, qui sont des morceaux de bois plat eleves 
au-dessus de chaque argon, au moyen de tres-fort rivets, et il fal- 
lait que les racines des bätes fussent assez empattees et solides pour 
recevoir ces rivets. 
Les bandes, qui sont les pieres longitudinales attachoes a chaque 
argon pour relier celui de devant 51 celui de ilerriere, et qui portent 
le long du dos du cheval, des deux cotes de Fepine, afin d'empocher 
l'argon de devant de porter sur le garrot et celui de derriere sur les 
rognons, elaient alors limites de fer et revetues de peau. lfllles ser- 
vaient dhulantälixer solidement les baltes. Les selles elaient par- 
lois recouvertes diivoire ou d'os, et les baLes souvent de cuir peinl, 
gaufre dore ou de inetal nielle. 
a Le cheval fort et 1'0iLl6,jz1 meillor ne verres : 
a Il ot le ceste blaile comme oisne de mer, 
a Les jambes fors et roides, les pies plus et coupes, 
a La teste corte et mcgre et les eus allumes, 
a Et petite orcillele et mult large le nes, 
a Et fu covers de soie, d'un vert poile roe. 
a Lu sole fu (Yyvoire, li argon noiele, 
a Et li freins fu mult riches dont il fu enfrenez ; 
u Li ustrier et les cengles furent niult bien ovre g 
u Li poitraus fu Inult riches, oevres i ot asses : 
a M. escheletes 1 d'ori pendent les ä les. 
u 'l'antost com li ClIBViILIS comnreilce il galoper, 
a Nus deduis ne seroit plus biaus ä escouter. 
a lit fu d'une iwfe liere et de tygre engendre 
a Qui ne menjue mie d'avoine ne de me, 
a Mais ces herbes de. ehans et araines de mer; 
 Plus tost eort par montuigne que uns autres pur lard-s 2. 
La selle de guerre ütait portee sur le garrot plus qu'on ne le lait 
aujourd'hui, afin de placer le cztvalier le plus pres possible do la 
tete du cheval et de lui donner ainsi plus de champ pour combattre 
et de moins fatiguer la bote pendant les charges. En eifet, Phonnne 
d'armes alors, sare-boutant sur le sonunet de la bäte de troussequin, 
portait tout le poids de son corps sur les reins. Si eette balte de 
troussequin eüt ete, comme dans la selle royale, sur les rognons, 
le cheval eüt Iaibli sous le ohoc de la lance et se fut abattu sur son 
1 Sonnettes. 
2 Gui de Bourgogne, vers 2325 et suiv. (xme siäcle).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.