Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991910
IXDANT 
MOULIN 
1109 
en avant [s de fepaisseur des liles; les arqtufbltsiers li allaient eou- 
vrir les files 11'. Laissant rentrer l'artillerie au centre du carre, les 
piquiers L se portaient flerriere les files lzf etant sur {iles de 9, 
Lfomnie les rangs de ces piquiers li. L'arriei'e-front llli ne bougeait, 
pas. Ijepine des piquiers 1m allait joindre les files du front. Ainsi 
marchait. le rarre tlanque aux quatre angles par les arhalet.riers. Le 
l)0l"l taeticitin attachait donc une grande. importance a la disposition 
des rangs et des files, a leurs nombres correspondants, pour eviter 
toute confusion dans ces manoeuvres et mouvements. On voit en 
tvffet quo les rangxs des piquiers (Fextremite correspondent aux files 
des arquebtisiers, et que pour obtenir ce changement,d'ordre de ba- 
taille en ordre de mouvement en avant ou en arriere, les quatorze 
liles du front. ont. seulement quelques pas a faire en avant; (lue les 
ZUWIIIÜlJUSltBIS d'ailes n'ont qu'il se placer (les deux cotes de ces qua- 
torze files, et que les piquiers des flancs. faisant par le tlanc droit et 
par le flanc gauche, vont couvrir les arqritrbusiers d'ailes du front 
posterieur des que l'artillerie est venue se placer au centre. C'est ce 
qu'indique le trace A fait a moitie du trace d'ordre de bataille. 
Mais on ne manetmvwait, pas toujours devant l'ennemi suivant cet 
ordre ferme.  en maintes circonstances, quand par 
exemplt: elle faisait [iartie d'un corps d'arn'nf3e tres-nombreux, se 
mettait en bataille; niarclutnt en eclielons, si l'on manteuvrait en 
lace de l'enue1ni (fig. 40). 
Cette bataille (Yinllmterie se compose du deux vorps (Parqucbu- 
siers H, marchant sur quinze lilcs de sept hommes chacune.    
Et de quatre compagnies de piquiers de mäme nombre chacune, 
 
210 hommes. 
Avec six 
übces d'artillerie O. 
TON] 
(530 11011111105. 
(les six compagnies SU muttenl, un biliiliiiü ainsi que li: prüscntc 
noliw- figure en A. Si cette infainlerif; craint Wdtru lournäe ou cm0- 
loppüi;  un H), la compagnie du piquiers du la droite, du ccntrc 
se porte en u, celle de gauche, du centre en b. Les compagnies sni- 
vantes c sv  (ZÜHIFIÄ un laissant l'espace vidc d. Les 
arquvbusicrs suivenl lu IIIOUVGIUQIIE (lu.  Ifarljllfirie 
peul, si volonliü ilmnf-urei- vu g ou se PIHLHLW" PH (f, on pflSSilHl, dans le 
vide ccnLml. 
Pour les piquicrs, les lilas de 7 honnnvs cl. IHÜIÜB de 9 Ützxicnt 
QÄHÜITlIOITIUIII. admises. La distance antre les ral1g'sifftant diaxe vnnxe 
v1.  52
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.