Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991762
3 96 
TACTIQUE 
DES 
ARMIÄIES 
FRANCAISES 
a est pis que jamais. Ainsi rompirent, eux-memes la fleur de leur 
a armee et esperance...'   
Le decousu. et Pimprevu de la bataille de Montlheryf indiquent dejfi 
cependant une nouvelle maniere de combattre. Le comte de Charo- 
lais voulant joindre Parmee du roi Louis XI avant qu'elle püt ren- 
trer 'a Paris, venant dTlrleans, avait pris position a Longjumeau, 
son avant-garde au bourg de lllontlheryx Le roi, prevenu de la pre- 
sence du comte sur la rive gauche de la Seine, avait mande a la hate 
ai Charles de Melun, son lieutenant general dans lllle-Lle-France, de 
faire partir de Paris deux cents lances sous le marechal Bouault, 
afin de prendre les Bourguignons a revers. Le comte de Charolais 
s'etait retranche dans Longjumeau avec ses chariots, et le matin du 
'16 juillet 1.1165 le roi occupait le chüteau de illontlhery a la tete 
de Parmee, qui voulait en toute hate gagner Paris. Ce que voyant, le 
comte de Saint-Pol qui commandait l'avant-garde des Bourguignons, 
fit un mouvement en arriere, laissant entre lui et Parmee du roi un 
ruisseau et des haies, mais ne voulut pas aller plus loin. Charles de 
Bourgogne partit donc de Longjumeau et se joignit a liavant-gaide. 
On connait l'assiette du champ de bataille (fig. 7). Le village de 
Longjumeau est a cheval sur la petite riviere de FYvette, dans un 
vallon peu prononce. Du cote du midi setend, jusqu'au bourg de 
lllontlheryf, un plateau coupe par deux petits ruisseaux coulant dans 
des fonds marecageux, et l'un se jetant dans PYvette, l'autre dans 
l'0rge. La chaussee dlOrleans passe par Longjumeau et le long du 
bourg de illontlhery sur le plateau. Au nord de Montlheryf, a un 
kilemetre environ, est une petite eminence. 
Charles de Melun ne put reunir les deux cents lances demandees 
par le roi, qui, du haut du donjon du chateau de Montlhery, ne voyant 
rien venir du cote deParis, eut voulu eviter la bataille. Le comte de 
Gharolais, se contentant de barrer le chemin de la capitale a son 
adversaire, ne paraissait pas soucieux de l'engager. Mais les chefs 
des deux avant-gardes en deciderenl: autrement, et ne se trouvant 
separes que par un ruisseau (voyez en A et B), en vinrent aux mains 
(voyez en A' et   
Les Bourguignons etaient deja masses, tandis que les Frangais 
arrivaient a la file pour soutenir leur premier corps. Pendant que 
les chefs bourguignons disputaient s'il fallait mieux combattre a 
pied ou a cheval, llarmee royale avait eu le temps de se mettre en 
bataille, et l'action s'eng'agea, non plus comme jadis, sur un front 
ibid. 
Commines,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.