Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991676
PENDANT 
MOYEN 
AGE. 
387 
(Fenvelopper les Anglais, la seconde bataille francaise fit la meme 
manceuvre que la premiere et eut le meme sort. La reserve ne bou- 
gea pas, personne ne Fappela, et quand les deux premieres batailles 
furent deconfites, le roi d'Angleterrc lui envoya dire de s'en aller, 
si elle voulait eviter le sort des deux premiers corps. Elle tourna 
le dos. Presque entierement composee de corps des communes, 
cetl.e reserve ne voyait aucun interet a se faire ccharper apres la de- 
faite des feodaux. Chacun rentra chez soi pendant que Parmee du 
roi dllngleterre, epuisee dans cette lutte, malgre Feclatante victoire 
qu'elle venait de remporter, allait s'embarquer a Calais sans ctre 
inquietee. Il semblait des lors qu'il n'etait plus possible aux troupes 
frangaises, si nombreuses qu'elles fussent, de tenir tetc en rase cam- 
pagne, en bcttaillc ptlfllllifjtltfl, comme on disait alors, aux Anglais. Il 
s'ccoula dix ans avant que nos corps d'armee osasscnt se mesurer 
avec ce terrible ennemi; ou plutot il fallut que la nation, Iatigtlee, 
prit elle-meme part a la lutte en s'habituant au metier des armes. 
Les hommes de guerre de quelque valeur reprirent alors, vers 
11130, la tactique qui avait si bien reussi a du Gueselin. Ils eviterent 
les batailles rangees, et ne se preoccuperent que de harceler sans 
cesse l'ennemi et de suppleer au nombre et a la force par la rapi- 
dite des mouvements et par des attaques imprevues sur plusieurs 
points a la fois. 
Mais on ne saurait meconnaitre l'importance du role des troupes 
des communes a dater de ce moment. Uartillerie, qui deja etait sc- 
rieusement employee en campagne, pretait a ces troupes un appui 
tout nouveau et tres-propre a en faire ressortir Futilite, d'autant 
que cette nouvelle artillerie etait aux mains de ces bourgeois et 
vilains, si fort dedaignes par les feodaux de France jusqu'alors. 
Il est certain que la super-iorite des armees anglaises avait tenu en 
grande partie a leur infanterie des communes, aguerrie et discipli- 
nee, et qui, sur le champ de bataille, savait manoeuvrer. En effet, 
l'infanterie anglaise, cemposee en grande partie d'archers qui, au 
besoin  ainsi qu'on le vit a Azincourt-laissaient lä leurs arcs pour 
jouer de la hache a deux mains et du couteau, se comportait alors 
d'une inaniere exceptionnelle. Les corps d'infanterie du continent, 
ne sachant point manoeuvrer, formaient des batailles immobiles, 
compactes, dont la cavalerie avait facilement raison. Il n'en etait pas 
ainsi de l'infanterie anglaise. Engageant toujours l'action sur le 
front de bataille, des que la cavalerie ennemie chargeait, ces archers 
se repliaient rapidement sur les ailes et couvraient de fleches les 
flancs de l'attaque. Dans certains cas cependant, ils soutenaient ces
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.