Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991513
PENDANT 
BIOYEN 
AGE. 
373 
Cependant il etait indispensable de donner une imite a ces corps 
separes, et c'est pour cela qu'avait ete instituee la charge de conne- 
table, qui, si le suzerain commandait en personne, remplissait a peu 
pres les fonctions de major general, ou celle de general en chef, si 
le suzerain se dechargeait du commandement supreme. 
On comprendra de quelle autorite morale il fallait que füt potirvu 
ce counetable, ou le souverain lui-meme, pour maintenir Funite 
dans ces reunions d'elements si divers. Aussi le commandement 
supremc avait-il une importance dont nous pouvons nous faire 
une idee, car le moindre echet: devait compromettre son autorite 
et conduire a des desastres terribles, ainsi que nous ne l'avons que 
trop ÜPFOLIVÜ dans le cours de notre histoire. La discipline, telle 
que nous Pentendons, n'existait pas, et ne pouvait etre remplacee 
que par un sentiment de confiance entiere en les capacites militaires 
du chef. Alors les restiltats etaient merveilleux; on le vit bien lors- 
que ces chefs etaient des Philippe-iluguste, et, bien plus tard, des 
du Guesclin, des Olivier de Clisson, des Dunois. 
Les armes de main a longue portee et l'artillerie n'existant pas, 
le role de l'infanterie etait circonscrit. Elle ne pouvait agir qu'en 
tirailleurs pour engager une action sur un front de bataille, ou 
pour intpiieter l'enne1ni sur ses flancs pendant le combat, ou pour 
presenter un rideau de fer en arritl-re de la cavalerie, tierriere lequel 
celle-ci püt se rallier et revenir a la charge, comme a la bataille de 
Bovines. Une bataille ne pouvait etre gagnee avec de l'infanterie, et 
celle-ci ne devait pas s'ecarter de la cavalerie, qui avait absolument 
besoin d'elle pour agir efficacement. Ce role relativement secon- 
daire de l'infanterie fut la cause du discredit dans lequel on la 
laissa tomber en France pendant les XlIle et xiv" siecles. Puis la 
noblesse feodale ne tenait point a donner de la valeur a ces troupes 
des communes, qui cependant sfetztient si bien conduites sous Phi- 
lippe-Auguste. Cette noblesse ne voyait pas sansinquiettides ces 
vilains armes participer aux combats. Elle preferait faire ses affaires 
seule, quitte 51 se laisser battre a l'occasion, car elle craignait bien 
plus les exigences ou les pretentions de ces communes apres des 
services rendus sur le champ de bataille, qu'elle ne redoutait les 
suites d'un echec entre gentilshommes. Aussi, peu a peu les com- 
bats devenaient des tournois a outrance, dans lesquels chacun tenait 
a faire preuve personnellement de bravoure, sans se soucier beau- 
coup du resultat final. 
Ce caractere militaire de la noblesse frangaisc pendant cette 
periode explique suffisamment. les defaites de Grecy et de l'oi-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.