Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991439
MOY 
ÄIÄE. 
365 
Mais, (l'abord, il test necessai1'c de rappeler en quelques lignes ce 
tpfetarit la tactique romainc, et l'on reconnaitra Pintluencc de cette 
tactique pendant les premiers siecles du moyen age. 
La legion romaine se composait de dix cohortes. La premiere 
comprenait douze cents lantassins et cent trente-deux cavaliers 
cuirasses; elle formait la tetc, etait en possession de l'aigle et des 
images: sacrecs, et, en bataille, se placait: a la droite. Un l'appelait 
cohorte utilitaire. La deuxieme cohorte contenait (flllq cent cin- 
quante-cinq tantassins et soixante-six cavaliers, et s'appelait comrnc- 
les huit autres: ccthorte de cinq cents. Un caomposait la troisieme 
cohorte des hommes les plus robustes, comme etatlt destines a sou- 
tenir le centre; la cinquieme, qui tenait la gauche, etait de mente 
recrutee de solilats eprouvtls. Ces cinq cohortes formaient, la pre- 
mierc ligne.  
La seconde ligne comprenait egalement, cinq cohortes, mais de 
cinq cent cinquante-cinq tantassins et de soixante-six cavaliers cha- 
cune; la sixieicne, la huiticnna et la dixieme formees de soldats de 
choix. Ces dix cohortes lirisaient. la legion complete de six mille fan- 
tassins et de sept cent vingt-six cavaliers. Quelquefois on y atljoi- 
gnait plusieurs cohortes d'elite (znilliezircs). 
La legion etait ctnniiiaiidtf-i- par un prelet. 
tlhaqilc cohorte. etait, (livisee par ct-nturies. L'aigle etait l'CIIStJlg"Ü4-' 
gif-neralewle la legion; le (lragon, l'enseigne de la cohorte; chaque 
centuritf avait en outre son guidon. La centuric etait. elle-mente 
divisee en dix mumpules ou chamhrees. 
La eavalerit: etait ilivisce en turmcs de trente-deux cavaliers avant 
chacune son guidon et Püllltllülltltfbt? par un decurion. 
lforflria de bataille citait hzthitiielleriieiit celui-ci : La cavalerie sur 
les ailes; la prcmiere cohorte d"t'-lite, a (lroitc; la ciuquieitie, a la 
gauche, en prcmiere ligne; la sixieme cohorte a droite, et la 
tlixicme a gauche, en seconde ligne. Derriere ces lignes on plaeaiit 
les fcfrefztairrfs, soldats auxiliaires legercirient. armes et remplissant 
l'office de tirailleurs; les scuzuti, couverts de pavois; les archers, les 
trondtfurs et les tragulaires armes de balistes de main. (les dernieres 
troupes se (ltf-veloppaient sur les ailes ou passaient devant la legion, 
suivant l'occurrence; elles tzngageaient. le combat, 011 poursuivaient, 
l'ennemi en retraite avec. la cavalerie. Quant a la legion proprement 
dite, pesamnlcnt firnlee, manceuvraiit lourdement, elle formait un 
noyau compacte, devant lequel les ellorts de l'ennemi venaient se 
hriscr. Si la legjion ctait entourec, si son centre. etait enfonce, on 
rctahlisswiit le conihat au moyen des rescrves  Pour elle,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.