Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991188
TREF 
M0 
teurs, ils n'eurent que des effets mediocres dans les combats. illais 
il n'en est pas moins interessant de signaler le but vers lequel ten- 
daient ces essais. On cherchait a obtenir des projectiles explosibles. 
Le boulet plein lance par la bombarde ou par les pieces de plus petit 
calibre ne paraissait pas assez meurtrier, on s'evertuait a fabriquer 
des obus spheriques remplis de petards, de tubes charges a balles, 
de matieres projetant des flammes intenses, inextinguibles. On avait 
trouve des compositions qui prenaient feu au contacft de l'eau, par 
le moyen d'une adjonction de chaux vive a la poudre ; on se repre- 
nait a chercher des applications nouvelles du feu gregeois, et, par le 
fait, l'art de fartificier, des les premieres annees du XVle SlÜClO, 
avait atteint des developpements tres-rapides. Toutefois la difficulte 
de fabriquer ces artifices en campagne, ou de les transporter sans 
avaries, fut cause, en tenant ifompte du peu de dommage qu'ils cau- 
saient dans les combats, de l'abandon dans lequel on les laissa 
bientot, pour s'attacher aux perfectionnements de la grosse artillerie 
et des armes a feu de main. 
Toutefois, ces armes a feu n'etant propres qu'a envoyer des pro- 
jectiles a 100 ou 200 metres au plus, et ne pouvant St3l'Vll' a la de- 
fense rapprochee, dest-it-rlire, comme arme blanche, il {allait noces- 
sairement soutenir ces arquebusiers pendant le temps assez long 
qu'ils mettaient a recharger leurs armes. Chaque compagnie de 
pietons comprenait donc des piquiers et des arquebusiers, disposes 
suivant un ordre carre compacte, les piquiers au centre. Ces com- 
pagnies ne se developpziient pas en ligne de bataille, mais se pre- 
sentaient au combat, separfies par des intervalles formant des echi- 
quiers ou une serie de carres itompactes se defendant sur leurs 
quatre faces et entre lesquels la cavalerie prouvait passer pour char- 
ger; se ralliant, au besoin, derriere leur front : quant a l'artillerie, 
on la plaeait soit au centre, dans un intervalle laisse entre les ba- 
tailles, soit, le plus souvent, sur les ailes. (Voyez l'article TACTIQUE 
qui termine ce dernier volume.) 
TREF, s. m. (tente, pavillon, (uecube, lzauczzbe l). Bien que la 
tente de guerre ne puisse etre considerüe comme une partie de l'ar- 
mement, elle remplit une l'onction si importante dans les armees du 
moyen äge, qu'il est necessaire de la comprendre dans l'habillement 
de l'homme d'armes, ou, pour parler plus correctement, dans le 
harnois mililaire. 
Aucube, 
du mot arabe alcaba.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.