Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991158
 337  [ 'l'llAlT A POUDRE ] 
a l'ltalie, a la Suisse, a lÄ-Xllemagnc, pour se mettre au niveau des per- 
fectionnements apportes dans la fabrication de ces armes. Mais une 
fois le mouvement imprime, il n'est pas de pays qui ait fait plus de 
tentatives que la France pour etendre l'effet de ces nouveaux engins. 
Ce qu'on fit d'essais, ce qu'on inventa chez nous vers 1500, en fait. 
d'armes a feu, est prodigieux. Les quatre-vingt-dix-neuf eentiemes 
de ces inventions et de ces essais n'eurent evidemment aucun resul- 
tal. pratique, puisque alors on n'avait que des idees tres-imparfaites 
sur l'expansion ct la force des gaz developpes par la combustion 
instantanee de la poudre et qu'on ne pouvait calculer ses effets; 
mais il ne faut pas oublier que les perfectionnements sontdus autant 
a Vexperience pratique qu'aux calculs theoriques les mieux etablis, 
car dans toutes les theories il y a toujours une inconnue que l'obser- 
vation seule revele. Ces tentatives innombrables eurent du moins 
pour resullat de donnera la France une certaine stiperiorite dans 
la fabrication et l'emploi des artifices, et l'on ne se fit pas faute de les 
employer a la guerre en leur supposant une action beaucoup plus 
gTillldC qu'ils ne peuvent en avoir. Et, bien entendu, c'est dans l'art 
de l'attaque et de la defense des places que ces engins trouvaient 
leur emploi le plus frequent et le plus efficace. Nous dirons quel- 
ques mots de ces sortes de traits a poudre adoptes deja a la fin du 
Xve siecle. Dans le manuscritde YHistOire tripartite jusqu?) la ntort 
(le fenzperezu- Hadrien, qui fut termine le 27 mars 11173, ainsi que 
l'indique le copiste, les miniatures representent quantite de com- 
bats, et montrent des soldats se jetant des grenades qui ne sont plus 
de simples pots de terre charges d'une composition fusante comme 
etaient ceux qui, des M115, furent employes au siege d'Harfleur, ou 
comme etaient les vases de terre ou de verre charges de feu gregeois, 
adoptes par les Byzantins des les premiers siecles du moyen age, 
mais qui sont faites de metal, soit de fer forge en deux pieces, soit 
de bronze aigre fondu d'une seule piece. Ces grenades de la fin du 
xve siccle sontcependant de plusieurs especes: les unes sont explosives 
ct envoient les morceaux de l'enveloppe metallique dans toutes les 
(lirections, comme les obus ; les autres, percees de quantite de trous 
remplis d'une composition fusante, entourees d'une couverte facile- 
ment inflammable, envoyaient des gerbes de feu en tous sens. 
D'autres encore ne sont qu'un tres-gros marron entoure de balles 
noyces dans une päte resineuse; ou encore un recipient conte- 
nant une composition brülant tres-activement et une grenade de 
cuivre explosible. (les grenades se langaient a la main ou a l'aide 
de canons courts et legers, sortes de mortiers; ou au moyen de 
vi.  113
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.