Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991063
TRAIT 
A POUDRE 
332 
gre les preiitgwäs, les interets de (Iuelques-uns, les barrieres oppo- 
sif-es par les castes, les monopoles et la routine, il surgit (le temps 
a autre, au sein des civilisations, des forces nouvelles ileslinees 
a renverser, quand 111131110, COS barrieres. Alors a quoi bon ces 
resistances vaines, si ce n'est a retarder de cptelrtues jours l'ex- 
pansion de ces forces, au detriment meme de ceux qui niaient 
leur puissance? 
Parmi ces traits a poudre, les plus anciens se eomposcznt (l'un 
tube de ter l'orge d'une longueur qui ne flepasse guerc G0 centi- 
metres generaletnent, 51 six ou huit pans, et termine a la culasse par 
une tige de l'or d'un metre environ (Le longueur. Une lutniere est 
perce-e pros de la culasse, avec petite concavite pour recevoir 
l'amorce. Le tireur se servait de cette arme ainsi que l'indique la 
Hgure li. ll pztssait, la tige de fer sous Vaisselle gauche, en mainte- 
nant. le tube dans la direction voulue; puis, de la flroite, avant, 
amorce la lumiere, il mettait le l'en au moyen d'une met-lie soufree. 
Il est clair qu'on visait fort mal avec cet engin. illais il faut dire que 
primitivement, avec les traits a poudre aussi bien qu'avec les ca- 
nons et bombardes, on  guerc qu'un tir parabolique  
pour le tir direct, on pensait qu'il n'etait, que Farbalete ou l'arc, 
Ainsi, on envoyait des boulets ou des balles a la volee, sur des com- 
pagnies de cavaliers ou des gros de troupes, l'archer et. Farbaletricr 
remplissant toujours Poftice de nos tirailleurs. X 
Bientot: cependant on voulut obtenir un tir de plein fouet au 
moyen de ces traits a poudre. On allongea les tubes, et ceux-ci de- 
venant plus lourds, il fallait: les monter sur du bois et. les soutenir 
pendant le tir a l'aide d'une fourcluztte. 
Ces traits a poudre (fig. 5) atteignent itn-metrc et plus de longueur, 
portant une balle de six a sept lignes  La luiniere est Lltitjill 
placee lateralement, parfois avec, petit auget. Le canon est maintenu 
a ce bois par deux frettes de fer, et. l'une d'elles porte des tourillons 
qui entrent dans les oeils perces a Fextremite d'une limrcliette de 
Fer dont on lixait Pextretnite en terre pour viser. On nüipaiilait pas 
encore riapendant, et la queue du bois IIIISSZIlL sous l'aisselle droite, 
comme pour le tir de la grande arbalete. En A est; presentee la l'our- 
eltette, et en B la culasse du canon. 
illalgril la fourchette, le recul de ces armes a feu causait 11ne si 
violente secousse a la main, qu'on donna a la queue du bois une 
1 Cependant, (h 
boulets de fer de 1 
iä au sicigc 
lein fouet su 
cYOr] 
 les 
ms, des coulevrines 
lvmgns des Anglais. 
de 
FDHZO 
cnvoyaient 
les
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.