Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991010
327 
POUDRE 
a aussi etaient mifrlees des  a main, (littlffllll tondu, per- 
a cees en lagon de canne; ils les zippellent SPOIIÜHÄS. Les tireurs 
a 1ici'graieiit un homme cuirasse avec un gland de plomb chasse par 
a l'action du l'en  a 
lin zliäüü, il est tpiestion deljiudlarnfies a leu de main hibriquees 
a Perouse, mais il ne litut pas attacher une grande valeur aux dires 
des chroniqueurs a ce sujet, ear il est evident que dans bien des 
cas ils donnent le mente nom a l'artillerie de main perleetionnetr 
et a l'artillerie a feu. Le vieux mot arquclmse, ltaqttebitte, lltlfliqttd- 
bitsse, luzquebttse, peut tout aussi bien s'appliquer" a une arbaleti? 
munie diun tube qu'a un petit canon portatif. De inertie qulon em- 
ploie le mot bute-n, en parlant, d'une pique, dlune votige, et aussi 
dlun engin termine par un tube a l'en. , 
Sous le rogne de Louis XI, l'artillerie atlelee et Fartillerit) de 
main COIHIHIJIIUUIIL a jouer un role tres-inqciortztnt a la guerre, tfar 
Olivier de la ltlarche, en faisant le denombrenient, des torees dont 
disposait le due de Bourgogne Charles le 'l'emerztire, pretend qu'il 
avait trois cents l)0ll(5ll(BS a t'en, a sans les harttqtiebusses et coule- 
 vrines, dont il en a sans nombre a. 
Examinons donc en quoi consistaient ces traits a poudre dont on 
se servait pendant le xv" sieele, et parlons d'abord de ces fusees, 
de ces lances a feu attachees a Fextremite dlune hampe, et qui ser- 
vaient a incendier les maisons, les fourrages et provisions, a effrayer 
les chevaux et jeter le desarroi dans une troupe. 
Un auteur du commencement du xvi" sieele decrit exactement 
ces sortes dlengins "l. Il prend un morceau de bois cylindrique 
qu'il l'ait scier dans sa longueur; dans. l'axe tranche, il creuse deux 
demi-cylindres qu'il garnit de lames de fer mince battu en lagon de 
deux gouttieres, puis reunisxsztnt les deux morceaux, il les entoure 
d'un fil de fer. Ainsi obtient-il un tube de fer dlune brasse et demie 
de longueur enveloppe de bois. La charge se compose dlune pre- 
miere couche de poudre de quatre doigts, sur laquelle on pose une 
balle Iaite d'etoupe ou de chiffons meles a de la poudre; puis par- 
dessus quatre autres doigts de grosse poudre eomposee avec de la 
poix ggrecque, du verre pllä,vdtt gros sel, du salpetre et des ro- 
gnures de fer; par-dessus encore, deux doigts de poudre de lino, 
une illllPC, balle et tlllisljtlSqtlift Vevent (lig. et). En A, est donnee 
1 
2 
Sien 
I-fzlsloire 11e l'artillerie, par le güxiürul Susanc, p_ 50, 
Lu Pyrotechnie au [Art du fbu, compose par le soigneur 
nois, trud. par muistrc Jacques Vincent, rädit. de 1556. 
Biringuccio, 
Vanuucio
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.