Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-991001
TRAIT 
POUDRE 
326 
compter, dans ee jeu terrible de la guerre, avec un tilemenl, qui 
domine tous les autres : la ifanite. Pour la (IlIOVÜlCPlKF, mieux valait, 
etre ticrase par l'ennemi, que d'elle sauve-e par eette rilnzfzrlfzille, et. 
de lui laisser supposer que son appoint etait de quelque valeur. 
Elle mettait, fl0l1tf des obstacles eontinuels au developpement des 
armes a leu, et, s'il lui avait, fallu aeeepter la grosse artillerie, sans 
laquelle il nWL-tatit pas possible de (lelendre ou de prendre une place, 
elle voyait d'un mauvais oeil les tentatives que faisaient, les indus- 
triels issus du peuple pour rendre maniables et. usuelles les armes 
a feu de main. D'ailleurs il ne faut pas oublier que les engins de 
guerre etaient, fabrique-s pendant le moyen tige par des ouvriers 
pris en dehors des rorps armes. A l'origine de la grosse artillerie, 
il en l'ut. de mente; non-seulement les nouveaux engins etaient, dus 
a des llltlHSlFlClS, mais eeux-ei les servaient, On les louait, eux et 
leurs (ftIÜOHS, eomme on louait des charrettes et conducteurs, et ce 
ne lutlgutäre (prit la [in du regne de Charles Vll (prou pensa a 
li)t't'Il0I' des compagnies de bombardiers et eotilevriniers comme 
etaient, les compagnies ilarbaltltriers et d'ateliers, a leur donner 
une organisation militaire, en les plaqant sous le eommantslement. 
d'un tilurlsuprenie, le gTttlltl maitre de l'artillerie. Ces trompagnies 
(Vareliers et. (Varbaletriers etaient puissantes, jouissaient de privi- 
leges assez titendus, et elles HUStziient-pas plus disposees que la che- 
valerie a voir substituer a leur armement de nouveaux engins. 'l'out 
Vorgztnisme militaire des derniers temps du moyen fige manifestait, 
donc une repugnanee [irotontle pour la substitution des armes a 
l'en aux armes de jet, et, c'est. ce qui explique pourquoi ces armes 
a feu de main furent si tard aeeeptees a la guerre. La chevalerie 
voyait, en elles la ruine de la prtfftlominaneo lL-otltili-z dans les eom- 
bats, et pour les soudoyers, gens de pieds, luisant, metier de 
guerroyer, l'emploi regulier des armes a feu titait la suppression de 
leur gagne-pain. 
Ce fait expliquerait, tzomment, flans des pays ou la eonstitution 
leodalt: avait moins ddiomogeneite, et, ou les communes avaient. 
conserve une organisation robuste, l'emploi des armes a t'en de 
main fut plus rapidt) et plus regulier. En 1h20, au siegtr, de Boni- 
fatsio par les itragontiis, Petrus Cirnarus ' dit que les equipages de 
la [lotte se servaient. de petits canons de main. Voici la traduction 
de ee passage : a Dans les creux des mats et les tours des vaisseaux 
(t etaient continuellement. des ennemis lanqant des traits auxquels 
De rebus 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.