Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-990996
325 
TRÄ. 
POUDRE 
Sous Charles V, s'il est question de bombardes, de canons, 
il n'est fait mention nulle part. de traits a poudre,  
d'armes a feu de Inain. Ce n'est que vers le milieu du xvt siecle 
que l'emploi de ces engins portatifs parait zidopte dans les armees 
en campagne, encore n'est-ce que rarement. et en nombre tout a fait 
insignifiant, tandis que la grosse artillerie l'ait des progres rapides 
et iizommenci-e a jouer un role important, surtout. dans l'attaque et 
la diffsfense des places. Or toutes les actions principales de la lin de 
la guerre de cent ans se passent en fsieges. Les batailles enrasr: 
campagne ne sont. guere que des combats. 
ljartillerie etait dans les meilleures conditions pour se perfec- 
tionner. La. chevalerie frangaise etait epuisee; les troupes des com- 
munes n'i'-taient pas assez aguerries encore pour tenir les champs 
et constituer des armecs, mais derriere leurs murailles elles tenaient 
bon et. ])Cl'll3t7tlOIll1tll6Ht de jour en jour les engins a feu. 
Quand les progres des ilnglais furentarretes devant Orleans, les 
reles changerent. Les Anglais ne pouvaient guere tenir la campagne 
et garder toutes les villes en leur pouvoir. lls n'etaient pas assez 
nombreux et ifosaient assez compter sur leurs allies pour obtenir 
redouble resultat. Du moment qu'ils etaient atrretes dans leurs 
mouvements offensifs , nec-essairement ils devaient etre reduits a la 
defensive. C'est ce qui zirriva et c'est ce qui arrive, en pareil cas, a 
toute armee COHqUeFüHlC. L'artillerie, aux mains de la population, 
donnait aux troupes des communes une valeur qu'elles n'avaient. pu 
avoirjusque-la. Les bourgeois, les artisans, qui deja fondaient des 
canons de bronze en 4h25, et qui savaient fabriquer de la poudre 
LISSCZ bonne pour obtenir des portees de 500 metres, ne SÜJFFÜ- 
terent pas dans cette voie; ils voulurent avoir des engins ma- 
niables, des traits a poudre remplagant. Farbalele et produisant, sur 
les troupes un effet moral bien autrement puissant. C'est donc a 
dater du moment ou le peuple prend une part tlCllVO a la guerre et 
eoinmence a la faire pour son compte, que l'emploi des armes a feu 
devait acquerir une certaine valeur. Hais les progres furent neees- 
sairement tres-lents; il fallait vaincre les prejugfes, et plus que cela, 
les (lefiances de la chevalerie, combattre les privileges des arba- 
 la routine des hommes de guerre, pour faire prevaloir ces 
nouvelles armes dejet. Un sieclc tout entier fut employe a ce labeur. 
Un est. trop porte a croire que, dans l'art de tuer ses semblables, il 
suffit qu'une decouverte mette entre les mains d'une nation des 
moyens de destruction plus prompts et decisifs pour qu'ils soient 
aussitot. employwts. Les iifhoses ne se passent pas ainsi; car il faut
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.