Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987850
 '23  [  ] 
entiereinent de fer et etait doree. En A est traeee, moitie dlexeeution, 
la section du dard, au niveau n. lin B, la section, moitie dbxeeution 
du tranchant, sur b. Le plat de la 1180110 est. ajoure pour lui donner 
plus de legwärete. En C, est (lonnetw la section du manche, de nieine 
moitie (VGXÜtTLIIlOII. En D, le collet d, et en If] le eollet e, avec le long 
eroehet, F destine a pendre la hache a l'argon. Le dard est long et 
tort, et eette arme semble plutot destinee a fournir des coups (IFCSIIOV 
que des roups de taille. tletle autre barbe d'argon (fig. 16  11e 
[Jossede pas de dard, mais un long ber a section earree. Elle date. 
des dernieres ailnees du xv" sieele; son tranchant, finement orne de 
gravures, est deeoupe SlHgLIÜtÄPGIIIOIIl. (Jette hache se suspendait du 
du eote du fer (voy. le crochet en X). lin B, est donnee la sertion 
du manche. Le tout est diätflcl" et d'un beau travail; le bas du lllilllüill-P 
est ereux, ee qui fait que l'arme est, au total, tres-ltf-tgere et bien en 
IIILUH. 
Nous devions donner S1 cet ilflltiit! une certaine etendlte, 51 rause 
de l'importance de cette arnie et des soins apportes de tout temps, 
par les armuriers, a sa labritfation. elnas CUmbitlS a la hache et a pied, 
Pendant le cours des xiv" et xv" Slälfltfd, etaienl litequenls. (je coni- 
hat avait son escrime, aussi bien pour la hache COUFIII que pour la 
lnuflie longue. Uetait la derniere ressouree d11 ravalier demonte. 
HALLEBARDE, s. f. Cette arme (PllüSl, introduite en Franc-e par 
'05 Suisses et lcs Allemands au connnencementt du xve siecle, ne 
lJarait toutefois avoir ete adoptee diune maniere regfuliere, pour 
[US troupes a pied, que sous Louis XI, si l'on en croit le prrf-sident 
FOlIClICI, qui etfrivait 51 la lin (lu xvl" sieclfz. La hallcbarde, au 
moment ou on la voit representtee pour la preiniere fois sur les 
111il1ialu1'es francaises, fÜcist-äi-dii-e au ("OIHIIIBHCÜIIIBIII du xv" siecle, 
peut bien se confondre avec la cor-säque, arme des fantassins corses, 
Ou le rancune, atrine (Fliast italienne, liwäs-repandile en fllleinagne 
Pendant les dernieres anilees du XVC sieclc, ou encore la pertuisanc. 
Le fer de la corseque se composait d'un long (lard, avec deux 
0P6illons tranchants, au bout dlune hampe de pres de 2 inetres de 
longueur. La ligure fl "l donne une de ces corseques du lllilltäll du 
 siecle, admirablement lorgfee. ll est evitlent que les oreillons 
tilüient laits pour accroclnfi" les armures de plates en s'introduisant 
tlflns les rlcwfziuts. Ces crochets sont epais, a tranchants obtus, ne 
De lu 111611111 colle 
Anciennc-rzollcct. 
le 
me d 
Ni 
e 
lwerke:
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.