Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-990478
273 
SOLERET 
Les riches gentilshommes et les princes portaient, ineine a la 
guerre, des salades d'une grande valeur. Quand. le duc de Bour- 
gogne partit, en 111113, pour son expedition dans le Luxembourg; 
parmi les salades que ses pages portaient, il en elait une qui etait 
estimee a la valeur de 100 000 ecus d'or  Il fallait neeessairement 
que cette salade iüt enrichie de pierres fines. 
Il ne faut pas omettre ici certaines salades italiennes de la fin du 
Xlv" sieele, qui furent admises dans quelques corps de mercenaires 
au service de la France, el, qui se rapprochent beaucoup de la forme 
du casque de lfhoplite grec. Ces salades (fig. 48) ntetaient portees 
que par les pietons, archers et arhalelriers. 
Cet exemple"?- est d'une hello fabrication. La coiffe etait rivee au 
lymhre par des rivets dont nous donnons le detail grandeur d'exe- 
eution en A.  
Clest a Florence et a Venise qulon [abriquait ces sortes de irasqties, 
qui (Il7illll0LlP5 se rapprochent beaucoup de la barbule : cletztit la 
cclam vcnezzfaiza. 
Äu XYIÜ sieele, la salade se transforme ftuelque peu. Le tyinbre 
sädlongge et est surmonte (Full ciniier prononeifi; les jouees son! 
mobiles et la visiere saillanle, hahituelleuieitt, fixe. Ce casque prend 
alors le nom de bouryuigfzolc. 
SOLERET, s. m. tpellicuaf). tfest par ce mot tpfon designe la 
chaussure arinee de plates pendant le xv" sieeltr. Mais, (les le X111" 
sieele, en posa sur la maille des bas-de-chausses des pieees de 
ler qui protegeaient le eou-de-pietl. Ces appendices, independants 
des greves que 1'011 commengait a adopter vers 1270, slattachaient 
par des courroies sous le pied. C'est la l'origine des solerets, c'est- 
a-dire des chaussures de fer. 
La figure 13 donne une de ces plates preservatrices, dont le bord 
supericnr recouvrait Pextreinite inferieure des greves, alin de 
laisser au cou-de-pied la liberte de ses mouvements. Ces premiers 
solerets ne depassaient pas la racine des doigts, ceux-ci n'elant, 
preserves que par la maille des bas-de-ehatlsses. Mais ces garni- 
tures du eou-de-pied devaient etre genantes pour marcher; on en 
vint donc bientot; a les articuler et a les terminer par une enveloppe 
des doigts de pied. Ces plates etaient tixees a un soulier de peau, 
1 Olivier de la Marche. 
2 Collect. de M. le comte de Nicuwerkurkc. 
3 MZIHIISCF. Biblioth. IIHÜOIL, lz" Roumans dblliwanzlre, 
frangais (1211 du xule sibcle).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.