Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-989699
201 
MENTONNIERE 
de solidite  sont pincees aux deux extremites par les deux ron- 
delles forgees avec le manche (voy. en B). En A, est tracee la dispo- 
sition des ailettes; en C, la section du manche. Un trou est pratique 
en D pour passer la courroie qui servait a suspendre la masse 
a l'argon et a la maintenir autour du poignet. Le manche de fer 
se termine par une lourde masse faisant contre-poids et arme de 
poing. 
(les formes, qui appartiennent au commencelnent du xvc siecle, 
furent modifiees, ainsi que le montre la figure 6  vers la fin de ce 
siecle. Cette belle masse est de fer dore et de fabrication italienne. 
Les ailes, au nombre de sept (voy. en A), sont soudees avec un art 
infini au corps cylindrique et sont renforeees en b (voy. en B); au 
point du choc. Le manche est a section octogonale (voy. en C) et est 
orne vers son milieu de deux ecussons sondes sur lesquels sont 
gravees une rosette et les quatre lettres SPQR. En A, est un trou 
pour passer la courroie qui servait a suspendre la masse a l'argon. 
En D, nous tragons le detail de la poignee de fer faconnee a pointes 
de diamant, pour donner une bonne prise. 
Il existe beaucoup de ces masses qui n'etaient que des attributs 
de dignite, mais qui ne sauraient etre rangees parmi les armes de 
guerre. Ces masses de massiers, sergents nzassiers, sont souvent fort 
riches et terminees a Pextremite superieure par une partie plate 
sur laquelle etaient gravees les armes du personnage auquel ätait 
attache le fonctionnaire qui portait la masse, ou un signe quel- 
conque. La masse des sergents massiers du roi de France portait 
a son extremite, en. maniere de sceau, une fleur de lis. C'est avec 
cette fleur de lis qu'on marquait les criminels. 
MENTONNIERE, s. f. Appendice que lion attachait vers le milieu 
du xv" sieclc devant la barbute, et qui protegeait le nez et le bas du 
visage.  
Ces pieccs de lthabilleinent de Lete sont fort rares; nous en don- 
nons une (figz l) qui fait partie de la collection de M. W. H. Biggs. 
Le mentonnet A passait dans une bielle rivee au frontal de la bar- 
bute ou dans un rebord que celle-ci possedait vers la fin du Xve siecle 
(voy. en B), et les crochets C entraient dans deux petits pitons ega- 
leinent rives aux j oucs de ce casque. (les mentonnieres appartiennent 
uniquement a l'habillement de tete frangais, et furent encore atta- 
Ancienne collect. 
de M. le comte de Nieuwerkerke.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.