Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-989440
MAHTEAÜ 
1178 
pas du vetement eivil (vov. lltrtielife  partie tles Yiirrniinrwrs). 
ll est parfois question de manteaux (mantiax) dans les ehansoils de 
geste du x11" et du X111" sierle, dont salfublent les hommes ifarnies, 
mais il ne semble pas non plus que ces vfätements alleetassenl une 
forme speeiale. 
Par-dessus le haubert et la colle en passait. le manteau ou le pe- 
ligon pour se garantir du froid ou de la pluie. Les [Jietons portaient 
aussi le labar, la gonelle, sur leur rfrquilin-nnent. Pendant le Xv" sieele, 
on voit. les gens de pied, qui alors irommeneaient a aequerir une 
valeur, revtfftus de grands manteaux ronds dans les campements 
et lorsqmils so11I poses en sentinelle (fig. '1  Quelquefois mente res 
manteaux sont. garnis (llllll CLIPUClIOH assez ainiple pour pouvoir 
couvrir entierement la salade. (les vetements sont laits d'une etolle 
de laine l'oued-e et devaient etre fort communs. 
Un ilonnail, aussi le nom de nzanteaze (Farines a une sorte de 
deini-dalnialiqi1e tres-eourle que lion passait sur l'arn1ure et qui ne 
tlesifendait que jusqu'au milieu des reins  2 2). 11e manteau, fait 
de broeart d"or et de soie, a la lagon des velours de Venise, iI-lziil 
destine a preserver le des des eoups de revers. ll etait ilotible et 
horde de lourrures ou de peluii-luw de soie verte. Le eolletin de 
mailles se posait par-dessus. 
 Le cavalier porte 11n sureot de velours bleu borde de gris, des 
spalliilrig-s 111110111; d'orre1nbo11rrees, avec brassards dlaeier. ll est 
izoiffe d"une salade, et les jambes sont liabillees de fer. Ce man- 
teau, par devanl.,'etait attaelifl- sous le eolletin de Inailles. Le liarnois 
d11 ehevial est rouge, avee hossettes de fer dore, qui composent une 
garniture de poilrail et une eroupiere. Le sureot de velours elail 
double de lames dlaeier, en maniere de briganline. 
On donnait. aussi, a la fin du xv" siecle et pendant le xvl", le I10lll 
de manteau d'armes a une doublure de l'or que llon posait en guise 
dl-eu sur le plastron, et qui eouvr-ait toute la partie gauche entre le 
eou, liepaule et la poitrine. Ces manteaux d'ar1nes sont treillisses 
1l'aeier pour arreter le fer de la lance. Ces doublures etaient adoptees 
pour les joutes, jamais en guerre. 
Nous n'avons pas a PIWlOP lei tlOS manteaux de ifremouie qu'on 
posait sur l'ai-mure pendant certaines solennites. 
MARTEAU, s. m. (jizaillet, nzail, 21101211221156). Le marleall dhrrncs 
fommence ä Gtre cmployü dans les armdcs occidentales vers le 
Manusa 
hlanusz: 
Bibliutl 
Üilyliotl 
UIÜOI 
utiol 
I"; wisvsart, 
(iirzlrt 11v 
t. HI (11111001 
Neveux, frnug: 
nviron). 
xis (M150 
{vin
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.