Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-989340
LANGE 
a puis s'en vinrent en eel etal: de grilntfvoloiitii, en escriant tous 
44 d'une voix : Saint George! lerir en ces Fra11gois'..... i) 
Le souvenir de cette defaile (l'une belle armee de gens dkirmes 
par des routiers avait laisse dans la noblesse franljaise une profonde 
impression, aussi essaya-t-elle, rfeiniiloyrn' la meme tactique; ce qui 
ne lui reussit guere. 
A la bataille dllzincotirt, les hommes (farines du front et du corps 
de bataille se mirent tous a pieds et  leurs lances de 
irloitifif. lls etaient dans la boue jllätttlitlllX chevilles et n'en avaient 
pttä moins garde leurs lourdes armures. a Les seuls cavaliers que 
a l'on remarquait. dans farmee elaient les deux ailes de Favzint- 
a garde et les hommes d'armes de lhirri(rre-gtliwle3. il [les troupes, 
chargeant sur un terrain detremlfie, ne furent d'autant secours. 
Si la cavalerie raccourcissait ses lances pour combattre a pied cu 
certaines circonstances, les hommes dtarmes se servaient aussi, vers 
le commencement, du xv" siecle, de vouges et de lainces courtes 
(rlarrlzfsjl, pour combattre a pied, s'emparer dlun retranchement ou 
montera l'assaut. ll v eut une escrime particuliere pour cette itrme 
qui fut pratiquee dans la chevalerie jusqifa la lin du xvt siecle. 
La figure '18" representt: un homme d'amies de 111120 environ, 
revetu d'un hoqueton de peau lace par derriere, a jupe et manches 
piquees. Sa toi-te est couverte d'un haeinet awec camail de mailles, et 
a sa main droite est une lance courte pour combattre a pied. 
Les fers de ces lances irourtes, ou dardes, etaitznl, habituellement 
 La ligure (t9 presente un de ces fers moitie 
de liexecution 5. lin a, est tracer) sa section; il est maintenu au bois 
par deux blanches et deux goupilles. Souvent de petits bourrelets 
dlos lixes a la hampe donnaientplus de prise aux mains (voy. tig. 1l 8). 
La cavalerie chargeait sur un seul rang, parce que, ainsi que le 
remarque le general Susarle G, un chevalier ifeifit souffert d'elle 
masque, et ilarce que le coup de lance ne pouvait avoir d'ell'et 
que sur un seul front. Derriere ehevauchziient les ecuvers, dont la 
l'onction principale etait de secourir leurs maitres et de leur lournir 
de nouvelles armes; puis venaient les routilliers, ehargwis (fachever 
les blesses ou de les rangonner. 
Chrmz. de Frozlsfarf, livr. I, clmp. CXLY. 
Chron. zle Saiut-lkfnzz", chap. (x2. 
Azincourt, par R. de Belleval.  
Titre-Live, frangais, biblioth. de la ville de Tr 
Musd-e des fuuilles de Pierrefonds av" siüclo). 
[Iisluirc 11e lu cuvnlcrizr, l. 10", p, 15. 
1 
2 
3 
4 
6 
1y1 
15 
JOIll 
lu 
Xyw 
siäcle).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.