Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-987330
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-989202
LANGE 
4.511 
fers de lance, destines, au premier i-hoe, a percer les eeus et hau- 
lJerts, car alors ne portait-on point encore euirassos, ni pansieres, 
ni eorselets d'acier. 
Nous avons dit plus haut que les hommes d'armes ne ifhargeaient 
_pOll'lli1VC(' le bois sous l'aisselle, comme ils le liront plus tard 
(voy. lig. 1 et 3). En effet, pour maintenir le bois dans cette position 
pendant tout le temps que dure une charge, il lallait que rette 
hampe fut soutenue par uu point lixe Stll" la mamelle droite; au- 
trement il eut vacille, n'eut porte qu'un coup inii-ertain, latfilemenl 
dif-vie, a moins de laisser on arriero flll eourle une assez grande partie 
(le ce bois pour faire eonhww-piiids, oo qui eut (Vaillant iiliminue la 
longueur de la lanf-e. 
On adopta donc au xiv" sieele, sur les vorselets (laurier, qu'alors 
on portait sur le gfambison, un urret ou crochet auquel on donna le 
nom de fkzzzc-rc ou faulre. 
[l est evidenl. que ee eroeliet ne pouvait Cvtre lixe sur le lmuberl 
de mailles, qui est souple. Cependant, les atuteurs du xul" sieele 
mentionnent le fauere, entre autres llUltJlJOLIl. ll s'agit des Jacobins, 
que notre trouvere Ifaime guere :  
a Pre1niei' ne dcmauderuut duu pou de repostaillc f, 
a Atout .i. pou (Festrain 7 ou de chaume ou de paille. 
u Le non Dieu sermonoienl; il la povre piämille ; 
a Mfes m" n'ont müs que fere rliommc qui ä pied aille 3. 
cr Tant ont du deniers ct de viors ct de lais i, 
u Et, LPGXÜUÜCiOIIS 5, dämmosncs ct de lais ü, 
a Que des basses mesons ont fvt si gmns palais 
a (Ynns hum hmve SOF fzmtre i fvrail .i. OSiZIiS 7. n 
lI est bien evidenl, quliizi il s'agit de l'homme (Farines tenant sa 
lanrf; vertiealeriient sur le l'autre; done le l'autre ou laurrf; 8 (filait 
alors une poehe voisine de Fetrier droit dans laquelle entrait la 
bouterolle de la lance, afin de n'avoir pas a supporter son poids 
lorsqulorl ehevauchait. Encore lallait-il la maintenir de la main 
droite, tandis que la gauche tenait les renes. C'est eetle nianwuvre 
1 a Qu'un pauvre asile. n 
2 a De couverture. n 
3 a Mais nmintenaut ils n'ont 
4 r: De lziiques. n 
5 a De donations. n 
U a De legs. n 
7 Des Jacobins, sl. VI et vil. 
3 Ifulurunz. 
es ge 
US 
51 pien 
qui vont
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.