Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-982762
ARMURE 
tige, les hommes de guerre d'outre-Rhin ont pris de grandes precau- 
tiens pour se couvrir, et que leur habillement militaire est en general 
plus preservatif que ne le sont ceux de nos hommes d'armes. C'est 
d'Allemagne que nous viennent toujours les pieees d'armes les plus 
solides et ilefensives. Aujourd'hui les troupes allemandes n'ont pas 
perdu ces habitudes fort prudentes, pour lesquelles nous avons peu 
de goüt, mais que tot ou tard nous adoptons forcement. 
De 1220 a 1230, l'habillement de l'homme d'armes francais subit 
de nouvelles modifications. Le haubert de mailles descend au-dessous 
des genoux, laissant apparaitre le bord inferieur de la jupe du gam- 
bison. Le capuchon de mailles couvre le menton, les oreilles et le 
sommet du crane; par-dessus est posee une sorte de cerveliere d'etoll'e 
avec turban, appelee parfois mortier, destinee, ainsi que le montre la 
iigure 16', a maintenir le heaume de fer et a Fempecher de froisser 
le front et les tempes. Le ceinturon est porte bas dejä sur la cette de 
mailles. Le heaume est cylindrique, tres-large et termine carrement. 
ll est maintenu daplomb par le turban de la cerveliere. Deja la cotte 
d'armes detoffe recouvre parfois le haubert de mailles et descend plus 
bas; elle est fendue devant, derriere et lateralement. Alors le cein- 
turon serre la taille. 
Les jambes sont habituellement revetues de chausses de mailles, 
bien que l'usage des chausses däätolle ou de peau füt encore assez 
frequent, ainsi que nous Fapprend ce curieux passage de la croisade 
contre les Albigeois? : 
a Yen couosc las costumas dels Francus hbhauciers 
u Quilh an garnitz los corses finament a dohliers 
a E de jos on las cambas non an mas los cauciers 
1- E sils datz a las garras nils firctz soendiers 
a Al partir dela coila i remandrnl carniers 3. v 
Le heaume cylindrique plat au sommet, si etrange que paraisse 
sa forme, avait sa raison (foire, cu egarcl aux armes olfensives 
cmployees. Il parait parfaitement les coups de lance, qui glissaient 
sur ses parois ; il preservait des coups LVGpÜG, de masse ou de hache, 
beaucoup mieux que ne 1e pouvait faire 1e heaume conique ou 
1 Bus-relief deposd dans Feglise Suinl-Nuzaire de Carcussonne et rcpreseutanl: la mort 
de Simon delilontfort; bas-relief de la ealhedrale de Reims, face nord (1225). 
2 Chap ccv, vers 8350 et suiv. 
3 a Je sais les coutumes des Franqais fanfarous. lls ont le corps couvert de Iins dou- 
bliers, mais ils n'ont aux jambes que leurs chaueiers. Si donc vous les visez aux jarrets et 
que vous frappicz fort, au (liipurtir de la mf-lde, il restera 121 de leur chair. h
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.