Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-982365
tirer ensemble un grand nombre de lleehes, et a se retirer derriere 
les corps de bataille a cheval, pour renouveler leurs provisions ou 
pour laisser le champ aux charges de cavalerie. Dans un manuscrit 
frangais de la guerre de Troie, qui date environ de 13702 on lit ce 
passage : u Saietes orent. et ars turquois, le petit pas rengies et 
u serres sen issirent de la cite. Et quant ilz furent la venu si com- 
a mencierent une grant criee et ferirent ensemble si vigueureusement 
u que il sembloit. que ce fust tempeste qui cbaist du ciel, si com- 
a mencierent a traire et a lancier. n (Yetait bien ainsi que se com- 
portaient les "troupes (Tarchers anglais. Un recit de la bataille ou 
perit Godefroy d'Harcourt, en 1356, montre de la maniere la plus 
claire le role des archers dans les armees qui combattaient en France 
pendant le XIVÜ 5m02 : a  Si se ordonnerent. les Francois d'un lez, 
u et les Anglois et Navarrois (l'autre. Messire Godefroy de Harecourt 
a mist ses archiers tout devant ce qu'il en avoit pour traire et blecier 
(c les francais. Quant messire Raonl de Raineval en vit la maniere, 
a il Iist toutes manieres de gens d'armes descendre a pie, et eulx 
a paveschier et tzirgier de leurs targes contre le trait, et commanda 
o que nul n'a1ast avant sans commandement. Les archiers de mon- 
u seigneur Godefroy commencerent a approchier, ainsi que com- 
w mande leur fut, et a desveloper saietes a force de bras. Ces vaillans 
a gens d'armes de France, chevaliers et escuyers, qui estoient fort 
(f armez, paveschiez et targiez, laissaient traire sur eulx; mais cil 
a assaut ne leur portoit point de dommage, et tant furent en cel 
w estat eulx mouvoir ne reculer que cilz archiers orent emploie toute 
w leur artillerie, et ne savoient mais de quoy traire. Adonques get- 
a terent ilz leurs arcs jus, et pristrent a ressortir vers les gens 
u d'armes, qui estoient tous rangiez au long d'une baye, messire 
u Godefroy tout devant, et sa baniere en present. Et lors commen- 
a cerent les archiers franeois a traire moult vistenient et a recueillir 
a saiettes de toutes pars, car grant foison en y avoit semees sur les 
(c champs, et a emploier sur ces Anglois et Navarrois, et aussi gens 
a d'armes approuchierent vistement. La et grant hutin et dur; quant 
a ilz furent tous venus main a main; mais les gens de pie de mon- 
(1 seigneur Godefroy ne vindrent point de couroy et furent tantost 
a flesconüs. n 
A la bataille de Verneuil, en 4424, les Anglais avaient mis leurs 
1 Bihlioth. nation., le Livre des lList. du commencement du monde, frauqais, n" 301, 
folio verso 60. 
' hlanuscr. llihliolh, natiom, frauqais, 1105 2041, 6414 et 6418. Voyez FHistoire du, 
chäleau etfles sires de Saint-Sauveur le Vicomte, par M. Ldopold Dulisle, p. 95 et 95.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.