Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-982349
ARC 
48 
envie qu'elles fussent meilleures; aussi, pendant le XlVÜ siecle, les 
armees en campagne ne se composaient que de la noblesse, de ses 
hommes liges et de troupes de mercenaires, de Cenois, de Braban- 
eons, et d'un ramassis de gens sans etat, sans patrie, dont on ne 
savait que faire, la campagne terminee. Sous Charles V cependant, 
grace a la sage et prudente politique de ce prince, ces troupes 
(Vaventuriers avaient ete dissoutes ou (letruites; les armees levees 
par la feodalite avaient acquis une certaine consistance, et les milices 
bourgeoises, bien organisees, formaient des corps passablement 
solides, parmi lesquels on comptait un certain nombre düirithers 
et darbaletriers a cheval, equipes aux frais des villes. Ces archers 
etaient vetus d'une broigne de peau ou de toile piqnee, avec cubi- 
tieres, genouilleres et greves avec solerets de fer. Un camail. de 
mailles couvrait la tete et descendait jusqu'au milieu des bras 
(fig. 4 ter  Une casaqile d'etoli'e, avec ceinture roulee, fendue late- 
ralement pour laisser passer les bras, descendait jusqifau-ilessus des 
genoux. Les fleches etaient, pendant le combat, passees dans la 
ceinture, du cote droit. Lfarcher donne ici porte des gants de peau; 
les fentes laterales de la casaque sont lacees, et sous les genouilleres 
tombent trois plaques de fer qui renforcent les greves. Ces archers 
a cheval etaient toutefois "trop peu nombreux dans les armees iran- 
caises pour obtenir des resnltats, et faisaient un service qui ressem- 
blait assez a celui de la prevote de nos armees modernes. Ces corps 
furent aneantis dans les desastres militaires des premieres annees 
du Xv" siecle, et les routiers recommencerent a tenir la campagne, 
plus funestes pour ceux qui les employaient que pour les armees 
qu'ils etaient appeles a combattre. Les Etats generaux, assembles a 
Orleans en 4439, representerent au roi Charles VII les inconvenients 
et les dangers de cet etat de choses. Ce prince licencia les troupes 
de mercenaires etrangers, et les remplaca par des compagnies dites 
d'ordonnance, qui des lors furent payees au moyen d'un impot dit 
taille de guerre, A dater de cette epoque, les milices bourgeoises ne 
furent plus employees dans llarmee active "et se IJOIÜCFOITL a defendre 
et a garder leurs cites. 'l'outefois, les statuts qui regissaient les com- 
lewagnies (Farchers et (Tarbalelriers durent toujours etre donnes ou 
approuves par le roi. 
Il n'en fut pas ainsi en Angleterre : les communes devaient fournir 
au roi des compagnies d'archers qui etaient a la solde du prince, et 
qu'il pouvait conduire ou bon lui semblait, apres le conseittement 
hlanusvr 
Bibliolh 
nation, 
Tite-Live, franqais (1395 (vnvirqn).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.