Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-986289
ETmEn 
larges, soudees 51 la lele, il la bielle de suspension et rivees ä une 
doublure KlÜCOUDÜC recouverte d'un animal cisele. La semelle est elle- 
meme rivee E1 la partie inferieure des bandes forment arcade protec- 
trices du eou-de-pieal. 
 
,  s 
On 
.1  1 
w lb M4: 
(I? fwva 
lJ äxgxx-i NQQRKXX 
  
Plus tard, vers 1430, on reprit les etriers a arcades circulaires 
(Hg. 61), et l'on adopta parfois les bielles mobiles pour que les etri- 
vieres pussent se tourner autour de la jambe, suivant les mouve- 
ments de celle-ci. Ces sortes (Fetriers sont representes frequemmcnt 
sur les vignettes des manuscrits de cette epoque. Celui que presente 
la figure 6 est de fer, delicatement forge. La semelle, composee 
d'une bande ovale-allongee, est recouverte de deux bandes plates, 
paralleles, qui sont rivees aux extremites inferieures de l'arcade. 
En A, est tracee la semelle vue par-dessus. Parfois ces arcades 
etaient chantournees, ainsi que nous l'avons vu preeedemment, 
pour faire que Tetrier laisse libre et prenant son centre de gra- 
vite, elevat le bord de la semelle afin d'empocher Pextremite du 
pied du cavalier de glisser (fig. 72). Suspendue librement, Pextre- 
mite a de la semelle se projetait en m. Les solerets minces et longs 
etant remplaces, a la fin du xve siecle, par des solerets larges du 
bout, il fallait ouvrir l'arcade des elriers. Ceux-ci devinrent alors 
(lulluctiun de M. W 
De la mf-mc collovtil 
 r'  
lhfäää
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.