Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-986190
407 
IÜIPERÜNS 
H  Que me clamez vieillart et rasolti ; 
u Encor puis bien sur mon cheval saillir 
(f A grant hesoing, et mon droit maintenir. 
a Au grant estor 1 demain vous en envi ; 
u Et ciel qui pis ou de moi ou de ti 
a Le fera, oncles, savez que je vos di ? 
a Li esperons li soit coupäs parmi 
a Prbs du talon, au branc d'acier forbi. a 
Les eperons etaient la premiere pieee dänloubemenl de l'homme 
d'armes qu'on faisait chevalier. On les lui bouclait aux talons, pendant 
qu'il etait agenouille devant le parrain, avant Paccolade. 
Il est non- seulement question (Feperons dores, mais enrichis 
encore de pierreries, d'inscriptions, de nielles. 
Voici une paire dkäperons de fer (latent du commencement du 
XIVÜ siecle, qui est dccorce (Hg. 62) de gravures ct des lettres VlCU a 
sur les deux branches. Les molettes de ces eperons sont grandes et a 
six pointes. Happendice A est destine a empecher les laranches de se 
relever sur le tendon d'Achille, lorsqu'on appuie la molette contre les 
flancs du cheval. 
Les eperons conservent la forme de la tigure 6 pendant le cours 
du XIVÜ siecle, les branches etaient tres-camlarees pour laisser la place 
des alveoles. Mais, a la {in du XIVG siecle, dejät apparaissent les mo- 
1 f: Au grand tournoi. n 
2 De la collect. de M, W. H. Riggs. 
3 Pcut-ütre abräv. de victuralis ou vicferizas, 
qui 
conduit, voitux 
ier.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.