Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-986183
IÜIPERONS 
406 
dest-ä-dire les petits chevaux de chevauchee habilles d'une selle tres- 
peu elevec. Alors les jambes du cavalier descendaient au-dessous du 
niveau du ventre de la bete, et, pour lui faire sentir Feperon, il fallait 
fortement plier la jambe. Le talon deerivant ainsi une portion de 
cercle, pour que la pointe frappfit le roussin normalement et ne 
Vecorehzit pas, la tige devait etre inclinee. 
Ces eperons de bronze ou de fer etaient habituellement dores. 
Les eperons d'or ou flores etaient une marque de chevalerie: 
Esperuns d'or ad en ses piez fermez l 
et quand un chevalier avait forfait, on lui coupait les operons, comme 
aujourd'hui on arrache les epaulettes au soldat dograde. 
Voici un chevalier que Fromons trouve trop jeune pour combattre. 
n 
n 
G 
Vous estes vieus et chenus et tloris, 
Reposez-vous et faites vos ddlis ; 
Et cil voudra la guerre maintenir 2.  
lui räpond le jeune chevalier 
- Fromons l'ait, ä pou lfenrage vis 
a  Sire Bernavs. vous m'avez aati. 
reprend le vieillard. 
1 La Chanson de Roland, sL. XXVI. 
"2 L1" Romans de Garin, ädilz. de M, 
Paris,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.