Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-986168
rävEnoxs 
404 
maille au moyen de Iils passant par ces trous; elle y etait ainsi reel- 
lement cousue (ilg. 92 bis 1). 
Ce n'est qu'au X111" siecle que les eperons sont armes de mo- 
lettes, et celles-ci n'ont-elles habituellement alors que six pointes. 
Les branches, au lieu d'etre horizontales, sont cambrees, pour 
laisser la place (les chevilles et relever la tige beaucoup au-dessus du 
talon. On houssait alors (vers 1220) les chevaux de bataille pour les 
preserver des traits et des coups depee; il fallait que les tiges des 
eperons fussent fortes et longues pour se faire sentir aux flancs de la 
monture. Puis l'habitude, quand on chargeait, etant d'appuyer sur 
les etriers en tenant les jambes roides et le bas des reins portant sur 
le haut du troussequin de la selle, il fallait que les tiges (Veperons 
fussent longues, puisque la position du cavalier lui interdisait de plier 
les genoux, et que pour faire sentir la molette, il ne pouvait que ser- 
rer un peu les jambes. 
Leperon devait se transformer suivant les diverses manieres de 
monter le cheval de guerre. 
Jusque la lin du X118 siecle, les selles n'etaient point elevees et le 
cavalier etait assis sur les reins de la bete; mais, quand les charges a 
la lance furent eonsiderees comme tries-puissantes, on dut hausser la 
cuiller de la selle et son troussequin, ZIÜH de donner plus de force de 
resistance au cavalier tvoy. HARNAIS). Or, ce n'est guere qu'a. la fin du 
regne de Pliilippe-Auguste que les charges 51 la lance furent conside- 
rees comme la veritable force de la gendarmerie. Aussi les lances 
devinrent-elles alors plus longues et plus lourdes qu'elles n'etaient au 
X110 siecle. Le cavalier se hausse sur ses etriers; les eperons, par 
suite, durent allonger les tiges et les relever fort au-dessus du talon, 
afin de piquer les flancs et non le ventre de la monture, que le cava- 
lier ne pouvait plus atteindre. 1 
1 Collevtion. 
Riggs.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.