Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-982211
ARBA m 
juge, mais encore cette. position permettait-elle de viser, puisqu'on 
pouvait approcher la main droite de l'exil, sans trop incliner la tC-te. 
Avec les grandes arhaletes a tourlextremite de l'arhrier' passant sous 
l'aisselle pour emlaecher la bascule, le tireur devait incliner beaucoup 
la tete pour mirer le but. Ces arbaletriers a pied acqueraient cepen- 
dant une grande habilote et manquaient rarement leur homme. 
La qualite des carreaux entrait pour beaucoup dans la justesse du 
tir, aussi etaient-ils fabriques avec grand soin (voyez CARREAU). 
Il nous reste a parler des arhaletes ä cry ou ä cric, lesquelles sont 
les plus puissantes, a cause de la force de leur arc. L'arbrier de ces 
ai'lialetes est court, de 01'261) a 0'265, epais; l'arc n'est plus maintenu 
par des bielles de fer, mais par un systeme d'attache de cordages des 
plus ingenieux. Il est bande ii l'aide d'un cry a manivelleVoici (fig. 8) 
une de ces arbaletes avec son cry l. L'arc d'acier de cette arhalete 
n'a pas moins de 012045 sur 0"1,0l5 au milieu. Afin d'eviter le contre- 
coup de cet arc sur la tete de Parhrier, lorsqu'on lache la detente de 
la noix, cet arhrier est fendu a son extremite anterieure (voy. le pro- 
fil A). Un boulon a maintient les deux branches b et c. Une cale de 
bois dur est posee sur l'arc en e ; un trou est pratique en f; une 
ligature de cordelle de chanvre passe a travers ce trou, se divise en 
deux parts, se croise sur la cale de bois en saisissant un anneau g; 
_Puis cette ligature est fortement Iicelee transversalement. Ainsi l'arc 
est retenu par une bride puissante, mais souple, qui neutralise les 
ellets du contre-coup. La corde de l'arc, fabriquee comme celles 
PPescntees ci-dessus, est saisie, lorsqu'on veut bander cet arc, par 
11110 double griffe tenant a une cremaillere passant a travers une 
boite de fer qui contient une roue d'engrenage h et un pignon i mn 
Par une manivelle R. A cette boite de fer est adaptee une forte bride 
110 Gordelle passant a travers deux boucles; cette bride d est arretee 
Paf 1111 loqueteati n, passe sous un goujon l traversant l'ar'brier, et 
S0 trouve ainsi parfaitement maintenir la boite le long de la face 
Sllperieure de l'arme. On agrafe la corde, on fait tourner la manivelle 
_]usqu'a ce que cette corde tombe dans l'encoche de la noix. Alors 
011 detourne la manivelle, on dccroche les crochets, on abat le 
10q11eteai1 n, et l'on enleve le cry, qui s'attache a la ceinture de l'arba- 
1 La plupart des arhaletes a ery que conservent nos collections ne datent que du 
XVIÜ siecle et meme du xvm. On les employait cependant des la seconde moitie du 
XV" siecle. Pendant cette periode de cent ans et plus, leur forme n'a pas varie. Celle que 
nous reproduisons ici provient du musee d'artillerie, ne 54 du Catalogue. Elle est plaques 
d'ivoire et munie d'une hausse. Le Catalogue la range parmi les armes de la fin du 
XVlÜ siecle. Le musee de Pierrefonds eu possedail une toute semblable, sauf la hausse, 
qui date des premiercs annees du KV!" sieele,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.