Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-985963
Rvüm 
388 
donnee la section de la lame au "talon ; les plans sont ici legerement 
concaves, ce qui est habituel a dater du commencement du xvc siecle. 
En E, est donne le poinconnage empreint sur le cuivre :c'est un rock 
La main saisit bien cette poignee, composee avec une parfaite obser- 
vation de la pression exercee par les doigts et la paume. Il serait 
possible que cette epee fut de fabrication italienne. Ce qui le pour- 
rait faire croire, c'est que M. E. de Beaumont possedait une epee de 
fabrication identique, sur la lame de laquelle etaient gravees les 
armes des Visconti et de FEmpire 2. D'ailleurs ces sortes de poignees 
et ces fagons de pommeauxse rencontrent bien rarement dans les mo- 
numents Iigures francais. Cependant, a la {in du XlVE siecle et au 
commencement du xvc, la chevalerie frangaise usait frequemment des 
armes italiennes, comme plus tard, sous le regne de Louis XI, elle 
usa des armes et armures de Nuremberg et de Vienne, a l'instar de la 
cour de Bourgogne. 
Le pommeau en forme de disque est toujours le plus frequemment 
adopte pour Fepec franeaisc. Les exemples abondent. Voici, entre 
autres, Fepee de Louis II, duc de Bourbon (fig. 17 3). Le pommeau est 
orne de pierreries et d'un phylactere avec le mot ESPERANCE deux fois 
grave. Un bracelet dejoyaux pend sur les quillons, tres-simples. Le 
fourreau est seme de fleurs de lis avec la bande. En A, est donnee la 
section hexagonale de la poignee. 
Les XIVÜ et xvc siecles fabriquerent des epees d'une grande 
richesse : a Item pour une renge t (Fespee, et pour le fourriau fait 
a en lissie, ouvre a besteletes, que la Royne donna au Roy i. a  
a Pour faire et forger la garnison toute blanche d'une espee dont 
a Falemelle estoit a fesnestresü. C'est assavoir, faire la croiz (les 
a quillons), le pommeau, la boucle et le mordant, et un coipel 1 ; 
u rendue ladite espee audit seingneur, et en pesoit Fargentl mare 
u 1 once 10 estellins  w 
1 Fer de lance ämoussü, pour les joules. 
Miette äpäe apparlint plus lard ä M. le comte de Nieuwerkerke, qui citait parvenu ä 
räunir la plus compläte collection de ces armes que nous ayons vue, du xuff siüclc au 
xvne. 
3 De la statue de ce prince, mort en 1410, et dont le tombeau est place dans l'ancienne 
abbatiale de Souvigny, präs de Moulins. 
" Le baudrier. 
ä Compte de Geoffroz de Fleury (1316). 
G La lame ätait ajouräe. 
7 Cozpel est un copcau. Nous ne savons cc que signifient: mot ici. 
8 Compte cfEtfenne de la Fonfame (1352).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.