Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-985886
EPEE 
378 
La figure M donne en A le fourreau usile a cette epoquek et en C 
une des frettes de metal de ce fourreau, compose d'ais de bois recou- 
verts de peau ou (Petotfe de soie. En a, on voit le recouvrement de 
peau qui empechait Fhumidite de penetrer dans le fourreau. 
Au commencement du XlVc siecle, les epees a lames cannelees sont 
fort rares. Ce sont surtout des armesdestoc. Et en etTet on commen- 
gait alors a porter des plates, spallieres, arriere-bras, cubitieres, 
ailettes, avant-bras, cuissots et genouilleres. Les longues epees de 
taille, legeres. ne pouvaient rien sur ces pieces d'armure; on parait 
avoir renonce a leur usage sous Philippe le Bel, et leshommes d'armes 
ne portent-ils que des epees dont les alemelles sont a section fluadran- 
gulaire, sans cannelures. 
L'arme que nous donnons ici (Iig. 422) date du commencement du 
xiv" siecle. La section de la lame pres du talon est tracee en B. Les 
tranchants sont droits jusqifa la pointe, qui est faite en faeon de car- 
relet. La soie est large, forte, et etait simplement entouree de til ou 
de peau eollee. Le pommeau est Iinement forge, avec petit evidement 
circulaire au centre, sertissant parfois un chaton sous lequel etait 
depose un fragment de relique. En D, est figure ce pommeau, aux 
deux tiers de Fexecution, et en E la garde au centre. En C, est la sec- 
tien du fourreau, avec Fepaisseur des frettes? 
Lorsque deux troupes de gens d'armes avaient fourni une charge a 
la lance, il arrivait que beaucoup de chevaux etaient renverses par le 
choc. Alors les hommes d'armes qui pouvaient se degager mettaient 
Pepee a la main et combattaient a pied. 
Il est souvent question de ce genre de combat dans les romans du 
xin" siecle : 
1- Dont n'i ot plus, mes chascuns lcl 
a Chcvalz aler; si sbntrevienncnt 
(r Es cscuz; des lances qu'ils tiencnt 
a Se vont ferir de lier eslcs 
u Si qu'il en font froissier les os 
a Des escuz encontre leur piz, 
u Et qu'il ont par force guerpiz 
a Les frains, car les lances sont fortz; 
a Et il qui de si grant etforlz 
a Furent cl si fort sfentrevont, 
a Qu'il abatcut tout en .l. mont, 
' Statue tombale, musde de Toulouse (seconde moilizi du xme siüclc). 
2 De la collccl. de M. le comte de Niemvcrkerkc. 
3 Ce fourreau est pris sur une gravure tombale de cette (Spoque.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.