Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-985193
äi 
BAGUE, s. f. (fltlfjltPltP ldrtgltw courte], copv-gorgiaszi, gantrete). 
Arme de main, courte, que l'on portait, a dater du milieu du 
xiv" siecle, a la ceinture, du cote droit, la poignee en avant. 
La dague etait une arme des hommes d'armes et des [Jietons 
(coutillieux), et elle etait de formes variees. Ily avait la dague longue 
et la daguette, la dague a deux tranchants et a lame large, et la dague 
a section triangulaire ou carree avec faces evidees. 
Cette arme ne parait pas avoir ete adoptee avant la {in du X1118 siecle. 
Du moins n'en est-il pas fait mention avant cette epoque, et les monu- 
ments n'en laissent pas voir de traces. 
A dater du commencement du XIVÜ siecle, au contraire, les dagues 
apparaissent sur les miniatures des manuscrits, aussi bien que sur les 
statues funeraires 1. 
Les gens de pied appeles cotisttlltrfztr ou cottstelleztx portaient 
des dagues courtes a lame large, tres-plate et tres-eftilee, qui ser- 
vaient a egorger les hommes d'armes demontes. Ces lames aigues 
et tres-plates passaient aisement entre les defauts de l'armure. Les 
archers portaient, pendant les XIVÜ et xve siecles, des dagues longues 
a deux tranchants, assez semblables a de petites epees larges. Les 
dagues des hommes dlarmes avaient environ 50 centimetres de lon- 
gueur, compris la poignee, et la lame en etait epaisse, sans tran- 
chants, plate, triangulaire ou carree, mais tres-eflilee. Cette arme 
servait pendant les combats singuliers. Plus tard, pendant le 
XVIÜ siecle et le commencement du xvuu, ces dagues prirent le nom de 
hlaills-gttltclttfä, parce que, en eltet, on les tenait de la main gauche au 
combata Tepee; elles servaient alors a parer et aussi a fournir un 
coup droit, si l'on enferrait Fatlversaire. 
Voulait-on se defaire d'un homme, pendant les XIVÜ et xvc siecles, 
on le dnguait, dest-a-flire qu'on lui portait des coups de cette arme 
dangereuse, qui, par sa roideur, poussee par une main vigoureuse, 
traversait des buffles et meme des mailles, si elles n'etaient fortes. 
Bien en prit au roi Jean detre bien arme lorsqu'il s'en vint arreter 
le comte d'Harcourt au chäteau de Rouen, le 6 avril 1355, car un 
1 N'ayez Armnnn, fig. 
et 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.