Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-985106
CUISSUT 
306 
car jamais en ce pays les exagerations udlnises dans les armures 
anglaises et allemandes surtout, ne furent en honneur. Il est evirlent 
que l'on cherchait toujours chez nous il laisser aux mouvements du 
corps la plus grande l-iberte possible. 
CUIRASSE, s. f. (carcasse). Le mot truirasse n'est adopte que vers la 
lin de Pepoque du moyen tige, et ne s'applique habituellement alors 
qu'a l'habillement du torse pendant les joutes. La cuirasse faite de 
deux pieces, l'une pour le devant (le plastron), ltautre pour gixrantir 
le dos (la dossier-e), ne date que de latin du xvc siecle. Il est rare, 
avant cette epoque, de voir des euirasses composees seulement de ces 
deux pieces. Celles de cette sorte que presentcnt des vignettes de 
manuscrits sont des corsets ou surcots de fer (voy. Suncor), ou ce 
qu'on appelait au xv" siccle des curasses closes. Generalement, jusque 
la fin du xv" siecle, les cuirasses de guerre se composaient d'un assez 
grand nombre de pieces : pour le devant, du plastron, de la pansiärc, 
du voulant ou volant qui etait pose sous le colletin; pour le clos, de la 
dossiers indepentlante ou depentlante de la ceinture, et parfois (les 
spalliüres fixes ou spalliäres doubles qui masquaient le defaut entre les 
spallieres mobiles et la dossiere. 
On donnait aux hrigantines le nom de curnssines. Souvent une pan- 
siere et un garde-reins doublaient la curassine de la ceinture au thorax 
et au-dessous des omoplates. La pansiere etait elle-moine, parfois, 
faite de plusieurs pieces articulees, qui prenaient alors le nom de 
faulw. La lame inferieure (celle qui formait ceinture) recevait les bra- 
connieres. L'ensemble de ces parties etait le harnais de corps. (Voyez 
ARMURE, BRACONNIERE, BRIGANTWNE, HARNOIS, Dossnizns et Pmsnäns, 
PLASTRON, SPALLIERE, SUncoT.) 
CUIRIE, s. f. (quiriu). On ddsignzlit par ce mot. du me au xv" sibclc, 
les courroies, les (Ioublurcs de peau, les gambisons, ct toutes les par- 
ties de l'armure fuites de cuir : 
Uaubert li 
a fausä et pe: 
CUISSOT, s. m. (cuissard, cuiseauw). Harnois de cuisses. 
commence ä adopter les cuissots que vers le milieu du XIVÜ 
Jusqu'alors les cuisses nkätaient pmtegees que par la, jupe d 
On ne 
siücle. 
u hau- 
1 La Conqueste de Järuxnlcnz, 
xl. IY 
vers 31834
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.