Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-982077
JXRBLXLETE 
Ifarbalete etait en etTet une arine excellente tant par la justesse du 
l" fIUfb par sa puissance de projection. Elle n'avait contre elle que 
S011 POids et la lenteur du tir, car, au XlVe siecle, alors que les 
ilrloaletes etaient tres-perfectioniiees, iin lJOH arbaletrier ne pouvait 
gllülte envoyer que deux carreaux par minute, tandis qu'un arclier 
decocliait une douzaine de fleclies. Au xvc siecle, on distinguait trois 
Üflläces d'arbaletes de guerre: Farbalete d pied-de-biclie, Farbalete 
e tour ou d moufle, et Farbalete ä cry, denominations empruntees 
üde inaniere de bander l'arc; mais avant cette epoque on ne pos- 
SÜÜÜ! Qu'un petit nombre de renseignements sur les-procedes em- 
PIQYÜS DiIP les arbaletrierspour amener la corde de l'arc sur la 
ÜÜIX. Au x11" siecle, Farbrier de l'arl)alete etait deja mimi a son 
extremite il'un etrier pour passer le pied et faciliter ainsi le tirage 
T? la corde. Les vignettes des manuscrits du X1110 siecle permettent 
l, 156 rendre uii compte exact de la maniere de proceder lorsque 
aibaletrier voulait bander son arme. La retournant la noix de 
son cote, il passait le pied droit dans l'etrier 1, logeait la corde de 
lflrc dans un crochet pendu par une forte courroie a sa ceinture, 
Cl, exergant une pesee sur Fetrier par le relevement des reins, il 
amenait la corde dans l'encoche de la noix (Iig. l 2). De la main 
 il saisissait larbrier, et de la droite le bout de la courroie a 
Fal-hriefrile croeliet etait llXOE ainsi pouvait-il appuyer la corde contre 
ainsi enl-dLa gachette destinee a decliquer la noix se presentait 
cette m f-ljliors, comme le montre la tigure l. pLes exemples touchant 
me mflniere de bander larc de larbalete de guerre, pendant les 
heaiullnl et xive sieeles, ne font pas (lefaiit.'0n .V01[ meme, dans le 
rm du fflllSüiblt de Gaston Pheloussi1i' la venerie 3, qui date de la 
armultiegxi siecle, des Veneurs a pied qui bandent les arcs de leurs 
Simple -tl?lai ce moyen. sur ces devrnieres peintures, le croclietest 
des ange plevait ainsi glisser a cote de lafllflül": Le crochet double 
(nm m? 1 0 guerre avait plus de puissance et etait adapte aux armes 
11H10 plus fort que celles de chasse. Nous ne pensons pas 
que 16 pied-ile-biche (qui pourrait bien etre le mecanisme le plus 
l 0 Le soir, au soleil colichant, nous amena li cnnnestables les arltalestriertst le rääye: 
' Pie, et sfarrangierent devant nous. Et quant li Sarrazin nozts vxrent  Lre lg 11" 
c Pestrier des arbalestes, ils yenfuircnt et nous laissierent. w (Hast, de sam 0M , 1 
le sire de Joinville, publ. par M. Natalis de Wailly,p. 35-) 
2 Manuscln, Hzkt. du Saint-Grau], Bihlioth. natiom, vignette des entomage-Bff  r 
a BibÜOÜL naüom voyez, entre autres vignettes, celle Blactie et: täte du chapl l: c {y 
" aPres devise coment on puet traire aux hestcs IIOFYÜS (sanghenjoup) m Et ans a 
partie des JEUX r-rr PASSETEMPS, l'article sur la CHASSE, 168 ÜäUFCS 0: 7 et 8'
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.