Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-984403
CAM A l L 
244 
formait calotte remhourree, recevait le heaume ou une cerveliere de 
fer. Les jambes etaient armees de chausses fabriquees comme la 
broigne (voyez en A), et sattachaient chacune, par une courroie 
laterale b, il la ceinture qui entourait la cette de dessous, faite de 
grosse toile en double avec plastronnage, et terminee par une jupe 
tres-courte prise sous les braies de toile, retenues de meme par la 
ceinture ou par la jupette de la cotte, au moyen daiguillettes. 
Pour faciliter le passage des pieds dans les has-de-chausses armes, 
au-dessus du talon, en c (voyez le detail C), il etait laisse une ouver- 
ture que l'on houclait quand les chausses etaient mises. Les braies 
de dessous descendaient jusqu'aux talons, et etaient munies de 
sous-pieds, pour ne pas etre relevees par le frottement des chausses 
armees. 
La broigne, pendant le Xlllc siecle et le commencement du XIVO, etait 
souvent portee par les pietons, archers et arbaletriers. Elle fatiguait 
moins que le haubert de mailles, qui näätait admis que pour les 
hommes d'armes ä cheval; et, comme nous l'avons dit, elle coütait 
moins cher. 
Lorsque l'on eommenga d'adopter les plates, la hroigne etait meil- 
leure, sous ces plaques d'acier, que le haubert de mailles. 
On cesse de porter la broigne vers le milieu du XIVÜ siecle, c'est- 
fL-(ÜFO au moment ou l'on remplace les eottes d'armes flottantes 
par des eorselets et justaucorps composes de plaques de metal 
assujetties 11 des pourpoints de peau ou (Fetoffe fortement rem- 
beurres. 
BUFFE, s. f. De l'italien 
joues. (Voyez BARBUTE.) 
bujfa, 
partie 
1111 
casque 
qui 
couvrait 
les 
E 
CABASSETJ. m. Casque sans visiiarc ni gorgcrimet qui n'est gubrc 
usitd qu'z'1 dater du milieu du xvi" siücle. 
CAMAIL, s. m. Partie du vätement de l'homme (Formes qui couvre 
la toto et les opaulos, et qui est faite de toile (louble ou de peau 
d'abord, puis renforcoc de petites plaques de fer rivücs ou LFannoaux 
cousus; puis enün composoe de mailles.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.