Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-984324
BRIGANFINE 
236 
a-dire que, par-dessus la brigantine, on laeait la pansierc et la bra- 
conniere. Mais cl-tait la un harnais d'homme d'armes (Hg. 5 l). 
Ce gentilhomme est 1e sire de Quadudal, Breton 2. ll est richement 
arme d'une brigantine grise avec pansiere et hraconniere sans tas- 
settes, mais avec jupon de mailles. Sur le colletin de la baviere est 
un collier de grains d'or. Il est coiffe d'une salade. Les arriere-bras 
sont garantis par de la maille avec spallieres et rondelles d'acier. Les 
avant-bras sont armes de canons avec cuhitieres. Les jambes sont 
completement armees. 
La seconde brigantine du musee (l'artillerie de Paris, qui date de 
1470 environ, montre des rivets tres-rapproches et disposes longitudi- 
nalement (fig. 6). 
En A, la moitie de la partie de devant de la brigantine est montree 
a Tinterieur. On voit ainsi parfaitement la structure des lames 
d'acier tres-ingenieusement disposces aux entournures; les rivets 
sont de laiton. Ces rivets reunissent ces lames d'acier a une pre- 
miere enveloppe externe de toile, recouverte d'une seconde enve- 
loppe de velours de soie (voyez la coupe B). Nulle (lOllhlllPC a l'in- 
terieur. Ce vetement se posait sur un gamhison de peau ou de 
toile. En C, les rivets sont montres grandeur (Vexecution, avec leur 
espacement, 
Les plus nobles personnages ne dedaignaient point, pendant le 
xv" siecle, de porter la brigantine. Dans sa Chronique, Lefevre de 
Saint-Remi dit qu'au mois dkioüt a le roy ouy messe a Grespy, puis 
a monta a cheval, arme d'une llflgallfllllt? et se tira aux champs, la 
a ou il trouva une belle compaignye et grande quy l'attendait 1) 
(pour combattre les Anglais dans la plaine, en face de Mont- 
Espilloy). 
Les arbaletriers genois qui etaient au service du roi de France 
pendant le XIVÜ siecle etaient vetus de brigantines. Plus tard, les 
archers a pied et a cheval les endosserent aussi. A la fin du xve siecle, 
on se servait beaucoup, dans l'infanterie frangaise, de la hrigantine 
italienne qui etait legere, sans manches, posee par-dessus un jacque 
de mailles, et que l'on pouvait allonger au besoin par devant, au 
moyen d'une sorte de tablier attache par des aiguillettes. La figure 7 
presente un de ces fantassins habille a l'italienne 3. Il est vetu d'une 
1 Manuscr. Biblinth. nation., Froissurt (1440 environ). 
f Il fait prisonnier le comke de Blois. On dbit observer que ces vütements ne sont pas 
ceux de Pepoque des faits relates par le chroniqueur, mais bien ceux du temps ou le 
manuscrit a me copie (1440 environ). 
3 Accademia de Venise, tableau de Carpaceio, no 5544 du Catalogue.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.