Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-984039
207 
BAVIERE 
ment, pour combattre a cheval; car alors, comme il a ete dit plus 
haut, Pepee etait attachee a l'argon de la selle du cote droit. Ainsi ne 
genait-elle pas les mouvements du cavalier lorsqu'il chargeaiLla lance 
en arret. Comme il fallait alors se dresser sur les etriers, on com- 
prend que cette lourde lame pendue au cote gauche embarrassait le 
cavalier et pouvait deranger Fequilibre parlait qu'il devait conserver 
pour maintenir la lance en arret et diriger son fer. 
Cependant on voit encore des hommes d'armes porter, avec l'armure 
de plate complete, la ceinture militaire jusque vers 1430, mais cela 
est rare en France, plus commun en Angleterre. 
Un baudrier assez frequemment porte de 1420 a 1430 consiste en 
une simple courroie portee en sautoir, dela taille a la hanche gauche; 
Fepee etait passee dans une embrasse _de cuir a la partie basse 
(lig. 15). Une courroie tenant a la partie superieure du fourreau pas- 
sait dans une bouclette fixee a l'embrasse B. Pour que le baudrier ne 
put couler sur la hraconniere, il passait dans une bielle A rivee a la 
lame superieure de cette braeonniere du cote droit. (Voy. Anneau, 
CEINTURE, EPEE).  
BAVIERE, s. f. Piece d'armure qui apparait vers le milieu du 
XIV" sieele, lorsque les plates commencent a etre adoptees dans l'adou- 
bement de l'homme d'armes, presque en meme temps que le bacinet 
(voy. BACINET, Ilg. 3 et 4). L'ancien heaume frangais des x11" et 
xm" sieeles ne se posait sur la tete qu'au moment de combattre. Il 
etait extremement lourd, garantissait parfaitement la tete, mais cou- 
vrait mal la gorge, au-dessous du menton. Bien qu'il reposat sur une 
sorte de mortier d'etol'fe ou de peau en fagon de turban qui entourait 
le crane, sa partie inferieure etait libre, et les coups portes sur cette 
partie le faisaient devier, ou echappaient et venaient frapper la nais- 
sance du cou au-dessus des Clavicules. Lorsque, vers 1350, on rem- 
plaea le IIGZIUIIIB a la guerre par le bacinet, les chapels de fer et 
salades, on voulut mieux preserver la partie inferieure du visage, et 
surtout. eviter le coup Llangereux de la lance porte a la hauteur de la 
gorge. Une plaque d'acier fut alors adaptee a la cerveliere de peau, 
de mailles ou de fer (barbute), qui etait posee sous le chapel de fer. 
La ligure 1 montre comment fut attachee la baviere primitivei. 
Sur le camail de mailles etait posee une barbute ou cerveliere de fer 
garantissant la nuque. A ce casque, au moyen de deux pivots, etait 
iixee la baviere, qu'on pouvait ainsi relever un peu pour passer la 
Mannscr  
Bihlh 
nation, T ils-Live, lrad. 
frauqaisc (1350 environ).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.