Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-983978
201 
BAUDRIER 
soires du harnais, les coutures sont evitees autant que possible ; les 
attaches sont obtenues par la disposition plus ou moins ingenieuse 
des lanieres de cuir. Il n'est pas besoin d'etre fort expert en ces 
matieres, pour savoir que les coutures, pour des objets soumis a 
tant de fatigues, sont bientot hors de service. Il etait donc prudent 
de s'en passer. Dans ces exemples, le baudrier est solidaire de la 
ceinture. On ne pouvait se debarrasser de lepee sans oter tout l'ap- 
pareil. Vers la nieme epoque (1320 environ), on lit des baudriers 
independants de la ceinture, et les epees furent suspendues par des 
anneaux de metal (lig. 91). Ce baudrier est fixe a volonte a la cein- 
ture au moyen des deux crochets de metal A, dont la face externe, 
rivee au cuir, est tracee en B et le profil en G. Aux deux extremites 
du baudrier sont Iixes par des rivets les ferrets de metal D munis 
d'une bielle d. Au fourreau de cuir, deux frettes E de metal sont ega- 
lement pourvues de bielles. Des anneaux reunissent les bielles des 
ferrets avec celles des frettes. La disposition des frettes donne arepee 
l'inclinaison convenable en raison de son poids. Ces ceintures et bau- 
driers de cuir etaient richement peints et dores, et souvent revetus 
de soie aussi bien en dessus que comme doublure. 
Il y avait encore, vers la meme epoque, une autre maniere de 
suspendre les epees au baudrier (lig. 10). La partie de cuir a laquelle 
le fourreau devait etre iixe etait eoupee ainsi que l'indique le trace 
developpe. La laniere B etait repliee en dessous en C, de telle sorte 
qu'elle entourat le fourreau et que le bout B vint en b. La longue 
laniere I) entourait de meme Textremite du fourreau, mais en se 
repliant en sens inverse, et, faisant deux ou trois tours en spirale des- 
cendante, son extremite servait a coudre le bout b au corps du 
baudrier, ainsi que le montre la figure en O. Uepee, etant ainsi tiree 
en sens inverse, mais ayant une laniere de reunion des deux attaches 
en E, prenait naturellement son centre de gravite, et s'inclinait plus 
ou moins suivant les mouvements de l'homme d'armes. 
Dans ce systeme d'attache, pas trace de Iil; le cuir seul est employe 
avec adresse. Cependant, vers le milieu du XlVe siecle, l'ancienne 
cotte d'armes ample etant remplacee par des cottes plastronnees 
justes au corps, ces sortes de baudriers ne pouvaient plus convenir. On 
les supprima meme totalement, pour attacher Pepee par une courte 
chainette ou une bielle a la ceinture 2 militaire noble ; mode qui 
1 Statues tombales, et, entre autres, 
(1323), abbaye de Wcstminstcr. 
2 Voyez CEINTURE MILITAIRE. 
celle düymer 
Valence, comte 
de Pembroke
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.