Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-983652
169 
BANNIIÜJBE 
BANNIERE, s. f. (ätendard). Morceau dütoffc de forme rectangu- 
laire attachd par un de ses cütüs il Pexlrämitä d'une hampexDe toute 
antiquitb on a porltü, dans les armües, des signes de ralliement atta- 
chüs il Pextrdmitü de bäxtons assez longs pour quütant levüs pendant 
i 1 
5a 
Üeäm 
W 
M 
:  IZX 
une action, ils pussent etre vus des combattants. Les Gaulois avaient 
leurs enseignes, et cet usage fut maintenu par les peuplades qui se 
repandirent dans les Gaules au v0 siecle, et sous les premiers Mero- 
vingiens. On a beaucoup ecrit sur Petendard des Francs porte sous 
Clovis, et l'on a pretendu que sur cet etendard etaient deja peintes 
les {leurs de lis. Je ne reviendrai pas sur ce point difficile a eclaireir 
ct qui est du domaine de la legende. Sauval admet que les rois mero- 
vingiens portaient a la guerre, en guise d'etendard, la chape de saint 
Martin. Il s'appuie sur des textes pour donner un poids a son opi- 
nion ; mais si ces textes disent clairement que la chape de saint Mar- 
tin etait portee au milieu des troupes des Merovingiens pour assurer 
le succes de leurs armes, ils netablissent pas d'une maniere incontes- 
table que ce vetcment fut pose en guise detendard. Il est bien plus 
conforme aux usages de ces temps (l'admettre que cette chape etait 
portäe-comme une relique, dans un colTre ou une chasse. Seul, parmi 
v.  22
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.