Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque Carlovingienne à la Renaissance
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-981608
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-983406
ARMURE 
de 1460, la cette ilarmes se retrouve frequemment dans la forme de 
celle (lonnee ci-contre, mais elle semble etre le privilege des person- 
nages marquants ou de leurs herauts. 
Vers (1470, la noblesse adopte une autre forme de cotte et qui 
laissait aux mouvements une plus grande liberte. La belle statue de 
Charles dkirtois, comte d'Eu, mort en 1471, et deposee autrefois 
dans le chteur de Feglise abbatiale de cette villei, presente un des 
exemples les plus remarquables de ce vetement d'un tres-noble 
chevalier (lig. 50). Cette cotte, serree autour de la taille, est tloublee 
ä sa partie superieure d'une sorte de large pelerine qui couvre, seu- 
lement le haut des bras et le dos. Cette cotte est armoyee de pieces 
saillantes dorfevrerie et brodees, qui sont trois fleurs de lis d'or 
sur la cotte d'azur, surmontees d'un lambel a trois pendants de 
gueules, charges chacun de trois chatelets d'or. L'armure de ce 
prince etait doree en plein 2. Vers la fin du xv" sieele, on renonce 
absolument, en France comme en Allemagne , aux corselets arti- 
cules. La cuirasse ne se compose plus que d'un plastron et d'une 
dossiere. Mais, pour laisser une certaine aisance au haut du torse, 
le gorgerin et le colletin descendent tres-bas sous les deux pieces 
de la cuirasse. A cette epoque, les armures dites maximiliennes 
etaient fort en vogue, et celles qu'on fabriquait en France avaient, 
avec ces armures, beaucoup de ressemblance. Toutefois la canne- 
lure ne parait pas avoir etc pratiquee sur les armures francaises, 
et, comme nous l'avons dit plus haut, ces cannelures ajoutaient 
beaucoup a la resistance des pieccs d'acier; aussi les armures 
dites maximiliennes etaient-ellcs fort estimees et d'un trop grand 
prix pour 11e pouvoir etre portees que par les gentilshommes 
riches. La planche V donne une de ces armures maximiliennesa. 
Elle est entierement couverte de fines cannelures. On observera que , 
le plastron est fort echancre du haut, et que l'intervalle qui le separe 
de l'armet est rempli par des pieces qui sont : le colletin et le gor- 
gerin. 
La spalliere de droite est echancree au droit de l'aisselle pour 
laisser passer le bois de la lance ; mais une rouelle mobile et pouvant 
se relever, laisse le jeu necessaire au passage du bois et couvre le 
defaut. La spalliere de gauche masque bien l'aisselle; sa garde de 
' Aujourd'hui dans la crypte de la müme eglise. 
"2 Voyez, pour la coloration de cette statue, fort altüräe, la collection Gaigniürcs 
d'0xford, hihlioth. Bodleienne, ou les copies de cette collection deposeies au cabinet duS 
estampes de la Bibliotheque nationale.  
3 Du musee de Pierrefonds. 
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.